28/03/2016

Jeudi Saint à Reynés

IMG.jpgprocession.jpgLa célèbre procession de la Sanch du Vendredi Saint à Perpignan attire chaque année de plus en plus de monde, fidèles ou curieux venus s’imprégner de la ferveur des dizaines de « caparutxos » portant les « misteris » sur leurs épaules. La statue de la Crucifixion fut prêtée à cette occasion par la Paroisse de Reynés où se déroulait la nuit du Jeudi Saint une procession moins importante mais tout aussi fervente.

Les villageois accompagnaient le Christ et la Vierge des sept douleurs de l’église Saint-Vincent jusqu’à la Place du Castell.

Pierrot Mestres, Jean Danyach, Joseph Oliveras, Jean-François Danyach se relayaient pour porter le Christ, suivis par des enfants ayant la responsabilité du matériel liturgique, petites croix, bougies, eau bénite, et par les brancardières qui portaient la Vierge habillée par Marie-Thérèse Fite avec les vêtements repassés par ses soins.

Des agitateurs profitant de l’occasion pour invectiver les participants, allant même jusqu’à leur lancer des pierres, le cortège fut programmé dans la journée.

Avant la naissance de cette procession, qui perdura jusque dans les années quatre vingt, le Curé de la paroisse menait le « salpass » ou rogations, bénédiction des maisons avec le sel, allant jusqu’aux mas les plus éloignés pour en chasser les démons. Les enfants de chœur portaient le sel et des corbeilles où étaient déposées pièces ou denrées offertes, pain, œufs, saucisson, bunyettes…

Le Curé et le Conseil Paroissial désignaient les « escolans », enfants de chœur et les « pabordesses », rosières, qui avaient leur rôle à jouer pendant la procession et s’occupaient de la vie de l’église durant toute l’année.

Cette tradition religieuse s’est éteinte. Plus festifs, les « Goigs dels ous », (cantique des œufs) ont pris la relève avec des chants traditionnels catalans entonnés dans les villages la veille de Pâques, avant la dégustation des omelettes, marquant ainsi la fin du Carême



20:13 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.