30/05/2016

Les élèves du Pont de Reynés voyagent dans le temps

L’école du Pont de Reynés au complet s’est rendue en autocar au Perthus où les élèves ont pu vivre quelques heures au rythme des soldats de la garnison d’autrefois, admirer le remarquable ouvrage défensif de Vauban et découvrir une page de l’histoire de la région.

Echauguettes à vision panoramique, épaisses murailles, four à pain permettant de nourrir les six cents soldats présents, cellules étroites où les prisonniers purgeaient leur peine, puits ingénieux pour capter l’eau potable, vaste chapelle, douves et pont-levis, autant d’éléments représentatifs des forteresses construites tout le long de la frontière.

Les écoliers ont, par un jeu d'orientation, été invités à rechercher le testament de Vauban. Grâce à une série d’indices qu’ils ont traqués dans le dédale des bâtiments, ils ont pu reconstituer le puzzle d’une carte du fort au dos de laquelle une charade les a menés à l’emplacement du trésor.

Après l’époque du Roi  Soleil, les plus grands ont fait un bond dans le temps avec la découverte des ruines de Panissars où les âges se superposent. Sur les ornières creusées par les chars romains et les grands blocs du Trophée de Pompée subsiste la voûte du prieuré bénédictin du XI° siècle, une étape sur le chemin de Compostelle.

En humidifiant la paroi, on voit apparaître la peinture d’une fresque malheureusement bien endommagée.

Ces traces du passé plongent concrètement les élèves dans notre histoire. La théorie devient réalité, on passe des livres et des cahiers au terrain, au tangible.

Une tortue découverte parmi les cistes, rescapée peut-être de l’incendie de 2012, aux traces encore visibles, des touffes de thym odorant, c’est la flore et la faune de la région qui se dévoile aux yeux des enfants curieux et enthousiastes.

Les plus jeunes, restés au fort,  grâce à un jeu de piste et d'observations, avaient pour mission de retrouver la clé du fort. Une carte indiquait par des flèches les endroits où découvrir différents indices, épée, cheval…

Tout au long du parcours, ils devaient ramasser des herbes, des fleurs qu'ils déposaient dans un chaudron pour fabriquer une potion magique afin de chasser les sorcières de Bellegarde.
Imagination, rêve, réflexion, découvertes, ce fut une journée riche et conviviale en ce lieu emblématique de l’histoire de la Catalogne

Les commentaires sont fermés.