02/06/2016

Sortie du Comité de Jumelage Reynés-Maçanet de Cabrenys

DSCF0723.JPGUn voyage en autocar a conduit les membres du Comité de Jumelage Reynés- Maçanet de Cabrenys à Banyoles et Besalù en Catalogne Sud.

La journée a débuté par la visite du Parc Néolithique de La Draga. Etonnante reconstitution d’un habitat lacustre dont la chronologie remonte à 5300-5100 ans  avant J-C.

La conservation exceptionnelle des vestiges retrouvés lors de travaux d’aménagement des abords du lac s’explique par la submersion du site et l’enfouissement dans la boue de ce qui constituait le quotidien de la vie, outils, bois, éclats d’os ou de silex, tessons de céramique ou ornements personnels, matières organiques, aliments… Ce gisement découvert en 1990 est l’un des trois seuls existant en Europe.

Quelques cabanes ont été reconstituées. Construites en chêne ou châtaignier, les murs en torchis, couvertes de jonc,  elles comportent des éléments en noisetier, le tout lié avec des cordes faites de filaments d’écorce de tilleul.

Vannerie de blé et ronce, mortiers et cuillères en bois, bols décorés à l’aide de coquillages, couteaux à dents en silex, peignes pour tisser… autant de trouvailles démontrant l’ingéniosité de nos ancêtres, de même que les flèches « anesthésiantes » servant à assommer les animaux pour les capturer plus facilement.

Le pavot trouvé entre les dents d’un squelette contusionné prouve que les plantes médicinales étaient connues.

La déformation des poignets et des genoux des femmes qui pilaient les céréales sur des meules à main semble démontrer que  la distribution des taches en fonction du genre se pratiquait déjà.

La communication circulait certainement car les mêmes styles d’objets, la même « mode » de bijoux se retrouvent dans d’autres régions d’Espagne.

Après cette plongée dans un temps lointain et un délicieux repas au restaurant, le voyage s’est poursuivi par la visite en petit train de Besalù, village moyenâgeux dont l’ancien Comté était lié à la Seigneurie de Reynés. Bel ensemble historique et architectural, il possède de nombreux trésors : le monastère de Sant Pere, le pont fortifié du XI° siècle, le musée de la miniature et ses merveilles microscopiques, tels les douze chameaux dans le chas d’une aiguille ou la Tour Eiffel sur une graine de coquelicot.

Et enfin, une curiosité accrochée au tablier du pont : la Sarcocapnos enneaphylla   dont le nom français est la Fumeterre à neuf folioles et le nom de famille : Papaveraceae. C’est une fleur rare, une espèce présente uniquement dans les Pyrénées Orientales (col d’Ares, Villefranche) et l’Ariège ainsi que dans la péninsule Ibérique

Les commentaires sont fermés.