08/06/2016

Sortie de Reynés Patrimoine Culturel à Prats de Molló

Une halte sur les marches empierrées.JPGDeux guides passionnés, Jojo Dunyach et Jordi Colomer, ont accompagné le groupe de l’association Reynés Patrimoine Culturel pour une visite du centre historique de Prats de Molló.

Ville fortifiée de la haute vallée du Tech, datant du dixième siècle, elle garde de nombreuses traces de son passé de ville royale du Moyen-âge à la Révolution.

Rive droite du Tech, une vue d’ensemble a permis aux visiteurs d’apercevoir les différentes parties de la cité, au nord la ville basse dans laquelle vivait la population, au sud le château royal, et les résidences des Comtes de Besalù.

 Au centre, la belle église et son clocher roman, dédiée aux Saintes Juste et Ruffine, est actuellement emmaillotée d’échafaudages pour sa restauration. A l’intérieur, outre sa hauteur impressionnante et son magnifique retable, on peut admirer la « roda de fusta », ou roue à maillets, utilisée durant le jeûne des cloches durant les trois jours saints précédant Pâques, unique exemplaire en Catalogne Nord.

Les remparts plusieurs fois démolis et reconstruits étaient bien plus élevés au Moyen-âge. Dans les fossés profonds, comblés vers 1900, on rouissait le chanvre et le lin.

 Une curiosité botanique, gueule de loup commune de l’étage montagnard du Val d’Aran jusqu’au Vallespir, l’asarina procumbens, investit l’espace entre les pierres des murailles.

La physionomie de la ville change et les souvenirs s’estompent, mais il reste malgré tout de beaux vestiges, une entrée protégée par le tambour, ouvrage défensif couvrant une porte de ville fortifiée, les échauguettes au coin des murs, les vastes portails des différentes entrées de la ville, les ruelles en escaliers pavés grimpant vers la ville haute, une maison à encorbellement, des inscriptions gravées sur des linteaux, la porte d’entrée discrète d’une maison close…

Outre le « Cami d’Arles » vers le bas-Vallespir, la ville avait deux autres entrées, le « Cami de Camprodon » devenu ensuite le « Cami de la Retirada » pour les cent mille réfugiés qui trouvèrent là un soutien dans leur malheur, et le « Cami Ramader de Villefranca » vers le col de la Regina.

Prats de mollo était un important centre textile avec de nombreuses corporations de tisserands et le commerce de draps était florissant. Bouchers et forgerons occupaient également une place importante dans la société, comme l’attestent différentes plaques de localisation.

L’agréable visite s’est terminée devant la petite chapelle dédiée elle aussi aux deux Saintes, construite  dans la ville basse afin que tout le monde puisse assister par tous les temps et sans effort aux offices religieux.  

Les commentaires sont fermés.