25/08/2016

Une station thermale à Reynés ?

font calda 22 août 2016 (4) - Copie.JPGfont calda 22 août 2016 (14) - Copie.JPG

Font Calde.jpg

Après les bains de Dores, les sources chaudes de Saint-Thomas ou l’Escaldadó des Thermes romains d’Amélie, le village de Reynés sera-t-il un jour promu au grade de station thermale ?

C’est la question que se posait Amalia Vargas, historienne réputée et habitante de Reynés, aujourd’hui disparue, dans « Le Cri Cérétan » de 1972, hebdomadaire bien connu au siècle dernier.

En effet, une source d’eau chaude surgit en geyser prés du correc de can Guillet, non loin de la cova de la Dona, habitat préhistorique dont les découvertes sont exposées au Musée Archéologique de Céret.

 Il s’agit du site de la Font Calda, source sub-thermale d’une température de 28°C, d'origine profonde, liée à la présence d'une faille longeant le piedmont du Roc de Fraussa, entre gneiss au sud et terrains secondaires du synclinal d'Amélie au nord.

Analyse chimique

C’est une eau de source non traitée, bicarbonatée sodique, faiblement minéralisée, non soufrée, d’une grande pureté, telles Vittel ou Evian. Elle ne manifeste donc pas l’odeur particulière « d’œuf pourri » qui signale la proximité d’une source chaude comme à Thuès les Bains ou Prats Balaguer. Sa particularité est d'être fortement fluorée avec 9,6 mg/l, (la norme pour l’eau potable étant de 1,5 mg/l) et d’avoir une importante teneur en silice de 33 mg/l, d’après les prélèvements effectués le 5 juillet 1979 et analysés par le laboratoire de la faculté de Médecine de Montpellier. Elle n’est pas potable, mais certains lui prêtent cependant des vertus curatives en bains puisqu’elle a le pouvoir de cautériser les plaies.

Son débit constant, été comme hiver, est de 8 à 10 l/s, soit environ 30 m3/h et 720 m3/jour environ.

Une aubaine pour le village

Les romains l’avaient déjà mentionnée dans leur répertoire des sources thermales de la région.

Depuis la nuit des temps les lavandières de Reynés et même de Céret profitent de « cette source tiède douce comme une caresse qui lave merveilleusement le linge », ainsi que l’affirmait Madame Vargas.

Malgré la vogue des machines à laver, il n’est pas rare de voir encore des femmes penchées sur le « rentador », le lavoir, trempant la lessive avec délices, retrouvant les gestes d’antan pour battre ou soulever draps et chemises dans l’eau mousseuse qui s’éclaircit lentement en se déversant dans le ruisseau.

Historique du lavoir

Cette Font Calda se trouve sur des terrains appartenant à la famille Borrat.

En 1956, le maire de Reynés, Michel Baills, a demandé à Barthélémy Borrat l’autorisation d’aménager un bassin pour faciliter le travail des laveuses. Un contrat fut signé, simple tolérance non prescriptible, sans obligation d’indemniser la commune en cas de reprise du bien.

Le bassin fut donc construit en 1957 par Jean Mas, maçon à Céret, originaire de Reynés. Sur le mur on peut voir encore une inscription en catalan gravée par Dédée qui stipule que ce lavoir doit être respecté et utilisé uniquement pour laver le linge. Cependant, en décembre ou janvier lors de « matances » de porcs,  nombre de boyaux y ont été grattés avant d’être transformés en boudins, évitant ainsi  l’onglée que provoquait le lavage dans l’eau froide de la rivière.

Le rêve d’Amalia

Amalia Vargas « se prend à imaginer une station thermale à Reynés dans cette vallée si bien abritée… loin des tumultes de la ville, loin des fumées d’usine, de la circulation nerveuse des grandes routes… une piscine idéalement douce et tiède, dans laquelle chacun nagerait… dans la félicité. »

Il est permis de rêver. Mais il est bien agréable en attendant de profiter d’un bain de pied ou de faire trempette un instant dans l’eau chaude avant de passer éventuellement dans l’eau fraîche de la rivière, histoire de raffermir les pores.

C’est ce plaisir simple et naturel qui sera offert aux marcheurs du « Grand Tour » au cours de la halte prévue à Reynés vendredi matin 26 août vers 11H avant la poursuite de leur périple en direction  d’Amélie les Bains.  

Cami de Germanor

sardane au roc del Pou.JPG

Le chemin immémorial reliant Reynés à Maçanet de Cabrenys a été inauguré officiellement le 24 septembre 2006 lors de la première course-relais Reynés-Maçanet par la montagne, organisée par le Comité de Jumelage, avec la pose de quatre panneaux jalonnant le parcours.

Le 28 août 2016 se déroulera la célébration du dixième anniversaire au Roc del Pou, sur l’emplacement de l’ancienne frontière, avec possibilité de repli à l’ermitage des Salines en cas de mauvais temps.

La manifestation est prévue à 11 h en présence des élus de chaque village, accompagnée de musique, danses, jeux et tombola.

Après l’apéritif offert, le repas sera convivial, chacun apportant plats salés ou sucrés, boissons, à partager entre catalans du nord et du sud, et à confier éventuellement aux véhicules accompagnateurs.

Deux possibilités s’offrent aux randonneurs pour se rendre au Roc del Pou (1280 m) :

             - Pour Reynés, départ du mas Patau (641 m), mas Pla de Corts, Coll Ric, roc del Pou. Rubans rouge et blanc, balisage jaune puis balisage rouge et blanc (GR 10). Durée : 2 heures 30 minimum.

Regroupement à Reynés village à 7 H 30

              - Pour Céret, départ de Font-Frède (1083 m), coll dels Cirerers, pic des Salines, Roc del Pou.  Balisage jaune et rubans rouge et blanc. Durée : 1 heure 30 environ

Regroupement à Céret place de la Liberté à 8 H.

Pour les non marcheurs, la piste de la Comtesse, route de Font-Frède à partir de Céret, est praticable sur les 8 kilomètres. Prendre à droite dans un grand virage après le Col de la Brousse (panneau indicateur) et suivre la piste principale en négligeant plus loin une piste neuve qui descend sur la droite.

Les randonneurs qui ne souhaitent pas revenir à pied pourront également utiliser les voitures disponibles.

Pour tout renseignement complémentaire, téléphoner à Magali : 04 68 87 30 14

Cami de Germanor

panneau.JPG

L’itinéraire montagnard de Reynés à Maçanet de Cabrenys est signalé par quatre panneaux indicateurs plantés en 2006 lors de l’inauguration du « Cami de Germanor », (Chemin de Fraternité) par le Comité de Jumelage Reynés-Maçanet de Cabrenys, le premier au village, ensuite sur le chemin du mas Nou, au roc del Pou et enfin à Maçanet.

L’un d’entre eux ayant été endommagé, l’association a sollicité Monsieur Marquès, menuisier de la Forge de Reynés qui a confectionné un superbe panneau en châtaignier aux lettres en relief.

Son installation au mas Patau a été exécutée par Monsieur Marquès et Michel Ruffiandis, agent des espaces verts, en présence de Jean-François Dunyach, maire de Reynés.

Quelques marcheurs de Reynés en randonnée ont assisté à l’ouvrage avant de continuer leur excursion.

Le balisage du chemin est maintenant prêt pour la célébration du dixième anniversaire du « Cami de Germanor » le 28 août 2016 au roc del Pou.