21/09/2016

Les sentiers de Reynés

Un site remarquable sur le chemin de Reynés le Grand Chêne.JPG

Un des projets majeurs de la municipalité de Reynés est la réhabilitation des chemins de la commune.

Sentiers de randonnée, « camins ramaders », chemins vicinaux, voies de communication pour franchir la frontière, se rendre au travail ou pour rejoindre des mas dispersés, tous étaient autrefois empruntés régulièrement. La construction de routes, l’avènement de l’automobile, ont entraîné un abandon total de ces chemins, perdus dans les broussailles car la végétation a tôt fait de reprendre ses droits. Seuls sont encore praticables les layons que  les chasseurs entretiennent.

Certains d’entre eux font partie du patrimoine historique social et économique de Reynés car menant à des vestiges de la Préhistoire,  romains et moyenâgeux, découverts sur tout le territoire de la commune.

Du puits à glace du roc de Frausa à la mine de talc, en passant par la Cova de la Dona, les nombreux fours à chaux ou les mines de fer et fours du Moyen âge, c’est toute une activité humaine qui se dévoile grâce à des repérages effectués par nos jeunes archéologues Ingrid Dunyach et Etienne Roudier. Des sources, un dolmen, des roches gravées, des moulins, des aires de tri pour four à réduction…, les traces de nos ancêtres sont là, bien souvent dissimulées sous un fouillis de branches inextricable, témoignages d’époques révolues qu’il serait intéressant de remettre en valeur afin qu’ils ne tombent pas définitivement dans l’oubli.

Les chemins seront dans un premier temps répertoriés, (Montserrat Escudero adjointe à la mairie de Reynés ayant déjà commencé à le faire depuis quelques années, ainsi que Sylviane Gaux), puis balisés, géo-localisés et signalés par des panonceaux règlementaires.

Ils seront reliés plus largement aux itinéraires déjà viabilisés du Canigó Grand Site, tels les Tours et Rondes du Canigó, la Route du Fer, les Boucles du Piémont du Canigó, au total 750 KM de parcours.

Ce vaste projet témoin de nos racines pour les générations futures a pour but la préservation durable de notre milieu patrimonial et montagnard et la mise en valeur de notre culture, des liens sociaux et du bâti. La Mairie de Reynés aura en charge la constitution de dossiers pour la recherche de plus en plus difficile  de financements auprès du Département, de la Région et de l’Europe, permettant ainsi la mise en place de randonnées pédestres et équestres tout en favorisant la mobilité douce  à travers la commune de Reynés au potentiel touristique remarquable.

20/09/2016

Le Roc de la Fraternité

Quelques mots de bienvenue.JPGTricheurs!.JPG

Petites mains innocentes.JPG

La célébration du dixième anniversaire du « Camí de Germanor » (Chemin de Fraternité) par le Comité de Jumelage Reynés-Maçanet de Cabrenys fut une mémorable journée transfrontalière de joie, de fraternité et de musique.

Les catalans du nord et du sud se sont retrouvés avec bonheur sur l’espace herbeux du Roc del Pou sous un soleil éclatant adouci par une brise rafraîchissante et l’allégresse se lisait sur tous les visages.

Certains étaient venus en voiture mais nombre de marcheurs sont arrivés de Fontfreda ou du mas Patau par le « Camí de Germanor » que les chasseurs de Reynés entretiennent régulièrement pour le profit de tous.

Après quelques mots de la présidente et des représentantes des municipalités, les festivités ont débuté avec la « Cançó de Germanor », sardane composée pour le jumelage, dansée, chantée et jouée par les musiciens présents.

L’apéritif était offert par la municipalité de Maçanet et le Comité de Jumelage, avant le partage des plats salés et sucrés, charcuterie et petites spécialités locales … que chacun avait apportés.

La musique était omniprésente, en solo ou en formation avec violons, trompettes, saxophones, grosse caisse, accordéon, harmonica, pour le bonheur des amateurs de danse. Ils accompagnaient également les chants de la « Coral  de Maçanet », dirigés par Lieven au piano électrique, et du Taller de Cant « Som i Serem » de Céret. Airs catalans et français se sont enchaînés,  « Muntanyes del Canigó », « l’Estaca », « Le temps du muguet », puis l’Hymne Européen, repris par toute l’assistance…

La course en sacs a obtenu un grand succès, rythmée par l’harmonica de Joss et disputée par grands et petits sous les éclats de rire des spectateurs.

Imprévu, « Flower of Scotland », l’hymne national d’Ecosse que Joss a offert au pied levé à des randonneurs d’Edimburg qui passaient par là, leur procurant ainsi une intense émotion et un souvenir chaleureux de leur périple. Ils étaient accompagnés par un australien d’Adélaïde, venu d’Hendaye. Après avoir dégusté une bonne bière et goûté à l’omelette catalane ils ont poursuivi leur périple en direction de la Méditerranée.

Le tirage de la tombola avec les cartes catalanes pour remporter vin et jambon a sonné l’heure du retour.

Joie, fraternité et musique ont régné en ce lieu stratégique du Roc del Pou, qui fut au temps du fascisme un passage vers la liberté, comme l’indique la plaque scellée dans la roche, et qui doit rester, plus que jamais, un « Camí de Germanor ». 

La revendication atteint des sommets

DSCF1642.JPG

Promeneurs à pied, à vélo, à cheval ou en voiture, en arrivant au roc del Pou, à 1280 m d’altitude, vous pourrez admirer ce magnifique panneau de signalisation routière posé en bonne et due forme sur la route de la Comtesse.

Tout près de la frontière entre Catalogne Nord et Catalogne Sud, entre Reynés et Maçanet de Cabrenys, il rappelle que l’Occitanie est à 78 KM de là….