27/10/2016

Carnet de deuil

 

En ce 27 septembre 2016, Mariette Langenbach s’en est allée au paradis des poètes.

Née à Liège en Belgique le 12 janvier 1921 au foyer d’Henri et Irma George, ses études la conduisirent au beau métier d’institutrice qu’elle exerça durant sept ans.

Elle épousa en 1946 Berthold Langenbach et se fit naturaliser française pour le suivre dans ses missions de diplomate en Uruguay, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas et bien d’autres pays.

Trois enfants sont venus agrandir la famille. Marc, malheureusement décédé à quatorze ans après une longue maladie, Guy et Luc dont les enfants David et Xavier étaient adorés de leur « Mamette ».

A la retraite, ils choisirent de vivre au soleil et s’installèrent dans la vallée riante d’Als Andreuics où Berthold est décédé le 15 avril 2002.

Durant toute sa vie, elle s’est beaucoup investie dans l’église en organisant des kermesses, des œuvres caritatives, en animant l’équipe du Rosaire de Reynés, étant membre de la chorale.

En avril dernier, consciente qu’elle arrivait au terme du chemin, elle prit la décision de rejoindre sa famille alsacienne pour être entourée durant sa maladie.

Elle s’est éteinte après de longs mois de souffrance, sans jamais se plaindre, encourageant ses enfants à penser à eux.

Très coquette, elle soignait son apparence et tint jusqu’à ses derniers instants à se montrer digne et forte.

Passionnée de poésie, elle était intervenue à l’école du Pont de Reynés le 16 mars 2004 dans le cadre du Printemps des Poètes pour une initiation spontanée à la versification. S’écartant des sentiers battus, sa poésie libérée était légère et avait « Un je ne sais quoi » qui ravissait ses lecteurs.

Le hameau d’Als Andreuics se souviendra longtemps de Mariette, de sa gentillesse, et des poèmes qu’elle écrivait pour ses amis. 

Les commentaires sont fermés.