22/12/2016

Les plantes et nous, avec Joan Valles.

Joan Valles et son auditoire.JPG

Joan Valles nous parle des meilleurs oignons, ceux de Figueres, des meilleures cerises, celles de Céret, de la farigola et de la maria-lluisa, du topinambour et du coscoll, des tomates du Vésuve et du ratafia…

En français mâtiné d’accent de l’Emporda et avec beaucoup d’humour, le catalan de Figueres captive les nombreux auditeurs en dissertant sur la signification de l’ethnobotanique, née de la coopération entre l’ethnologie et la botanique. Jacques Barrau disait : « Inutile d’étudier les plantes sans étudier les hommes. »

Derrière ce mot savant se cachent tout un savoir et un savoir faire ancestraux basés sur les connaissances de la population qui transmet des méthodes de recherche et d’utilisation de la nature à sa portée pour l’alimentation, la médecine ou la confection d’objets divers.

Joan Valles a mené de nombreuses enquêtes et interviews donnant la parole au peuple, ce qui lui a permis de recenser cinq cent vingt trois espèces végétales de l’Alt Emporda, avec une nette inclination pour son informatrice Georgette Payrot du Perthus qui en a recensé à elle seule cent vingt quatre et lui a dévoilé tous ses secrets culinaires ou médicinaux.

Un Prix Nobel d’ethnobotanique a été décerné en 2015 à la chinoise Youyou Tu pour la mise au point d’un traitement contre le paludisme grâce à un extrait de l’artemisia annua (armoise annuelle), dont les vertus médicinales sont connues en Chine depuis des millénaires.

L’objectif de l’ethnobotanique de terroir est de réaliser un catalogue des noms populaires, de faire l’inventaire du patrimoine végétal en collaboration avec la banque de données de biodiversité de Catalogne, de participer à des revues et de proposer des publications.

La discussion d’après conférence a mis l’accent sur les effets  de la pollution sur les végétaux, la disparition et la préservation des espèces, les ravages causés par la collecte massive incontrôlée, la culture éventuelle de certaines plantes afin d’assurer leur survie.

Reynés Patrimoine Culturel a une fois de plus offert un très bon moment aux auditeurs en compagnie de Joan Valles.

Le quinze janvier se tiendra l’assemblée générale de l’association suivie du repas habituel, le quatre mars une nouvelle conférence sur les fleuves par Gustave Cauwet et le vingt trois avril une sortie botanique et géologique au Molinot à Arles sur Tech.     

Les commentaires sont fermés.