25/01/2017

Vœux du maire. Une confiance inébranlable en l’avenir.

Elus et conseillers..JPGLes reynésiens venus en nombre..JPG

C’est devant une assistance particulièrement nombreuse que Jean-François Dunyach, maire de Reynés, a présenté les vœux à ses administrés, en présence du conseil municipal, de Robert Garrabé, Conseiller Départemental, d’Alain Torrent, Président de la Communauté de Communes, de Guy Barcelo adjoint du maire de Taillet ainsi que des représentants de l’escadron de gendarmerie et des pompiers de Céret.

Cette année, la cérémonie a failli à la tradition puisqu’elle a été séparée de la célébration de la Saint-Vincent, permettant ainsi un confort appréciable en ces jours de pluie et de froid.

Le maire a tout d’abord remercié « les membres du conseil municipal et ceux qui œuvrent pour le bien-être de tous, les agents territoriaux, les associations, les bénévoles, les commerçants et les artisans. »

Avec le support d’un Powerpoint illustrant les différents thèmes abordés, il a présenté le travail accompli durant l’année par une équipe guidée par trois valeurs clés : exigence, confiance et ambition. De son parcours professionnel de professeur puis d’ingénieur il a gardé le sens de l’organisation, de la prévision, ne laissant aucune place au hasard ou à l’improvisation.

Cette dynamique du progrès passe par quatre axes, métiers principaux sur la commune :

  • l’accueil en mairie sympathique et professionnel avec un service de qualité.
  • l’école avec cinquante heures de formation des agents qui passent le BAFA pour pouvoir animer les NAP (Nouvelles Activités Périscolaires)
  • les extérieurs avec des agents territoriaux suivant des formations très ciblées (électricité, travail sur nacelle…)
  • la poste qui dépend de la mairie continuera d’exister car elle est l’agence postale de départ la plus fréquentée. Elle a été rénovée en une semaine, du sol au plafond,  avec bibliothèque auto régulée d’échange de livres et bientôt prospectus touristiques.

Des fiches de postes sont instaurées avec entretien annuel d’évaluation et compte-rendu. Considérant ainsi que la mairie est la première entreprise de Reynés, le maire demande d’applaudir les agents territoriaux et le conseil municipal.

Réalisations Gros travaux

La salle multiculturelle de la mairie avait coûté 100 000 €. La rénovation de l’étage au-dessus avec charpente en poutrelles, plafond acoustique et porte de secours a nécessité 50 000 € de plus.

Des murs reconstruits à can Villacèque, élagages sur les routes, canalisations refaites à la Forge à la charge de la CCV pour 600 000 €, route de Saint-Paul goudronnée, la réfection de l’agence postale communale…

Travaux de réparations ou réaménagements

Les clés électroniques pour les écoles et la salle des Echoppes avec un suivi plus rigoureux d’utilisation, les lignes téléphoniques  rétablies, volets roulants de la salle multiculturelle, caniveaux bouchés.

Travaux d’embellissement

Le choix crucial du « 0 pesticide » a conduit la municipalité à trouver des stratégies pour supprimer les herbes folles sans les éradiquer en créant des platebandes aux cimetières et à l’entrée du pont.

Les colonnes enterrées ont été égayées de vues panoramiques du village, une façon agréable d’inciter les gens à faire preuve de civisme.

Proximité et lien social

Deux maîtres mots pour discuter des problèmes et trouver ensemble des solutions.

Les nombreuses associations sont les chevilles ouvrières de cette stratégie de rassemblement et de communication entre les habitants.

L’avenir.

La commune de Reynés est sous endettée, ce qui est positif, mais signifie que les dépenses de fonctionnement figées depuis 2014 entraînent la baisse des recettes-dotations de l’Etat. Il est donc impératif d’investir dans de nouveaux projets et de « prendre les trains de l’histoire quand ils passent. »

La priorité sera la requalification du Pont de Reynés où de nombreux commerces ferment alors que dix mille voitures par jour circulent sur cet axe.

Le PLU (Plan Local d’Urbanisme) impose de nouveaux règlements depuis 2009 et l’adaptation est un vrai « chemin de croix ». Une nouvelle réunion publique sera organisée pour exposer la situation.

Une station d’épuration en roseaux, financée à 80%, verra le jour au village après négociations sur les terrains à acheter.

Le patrimoine est à l’honneur avec les travaux bien avancés de l’église du Vilar, et les projets pour le Castell de Reynés, financés par des subventions transfrontalières.

La « Ruta del Suro » avec la réhabilitation des sentiers du village est aussi à l’étude.

Les écoles bénéficient d’une équipe pédagogique et d’un environnement de qualité. La demande réitérée d’une école neuve, dont un plan avait été réalisé ultérieurement, se heurte au coût important de la réalisation avec des subventions à la baisse.

Enfin il est capital de développer l’économie afin que nos enfants trouvent de l’emploi.

Jean-François Dunyach garde confiance en l’avenir et souhaite à tous une bonne année. « En davant, maï morirem ! »

Robert Garrabé salue les qualités didactiques du discours du maire et son attention à la population. Il renouvelle la volonté de l’institution départementale de fournir des efforts conséquents à la disposition de la commune.

Alain Torrent déplore la diminution des aides de l’Etat mais garantit le soutien de la Communauté de Communes du Vallespir. Il conseille d’investir car des emprunts sont possibles à taux faibles. Il affirme que « les maires resteront les Rois du jeu d’échecs. »

Alexandre Reynal Conseiller Départemental ayant rejoint l’assemblée après ses multiples occupations, la soirée s’est terminée par un copieux buffet élaboré par Vallespir Restauration de Montbolo

Formation des maires

formation.JPG

Jeudi dernier a eu lieu dans la salle multiculturelle de la mairie de Reynés une session de formation des élus sur le problème de la « Lutte contre la cabanisation » et ses aspects juridiques.

Organisée par l’Association des Maires, des Adjoints et de l’Intercommunalité des Pyrénées Orientales (AMF66), présidée par Guy Ilary, Maire de Tautavel, et la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM), elle a drainé un nombre important d’édiles du département, d’adjoints en urbanisme et de policiers municipaux, souvent aux premières loges pour intervenir dans les situations de cabanisation.

Après l’ouverture de la séance par le maire Jean-François Dunyach, qui a présenté son village, l’origine du nom et son passé historique, et par Lauriane Josende, directrice de l’AMF66, les intervenants de la DDTM ont pris la parole successivement : Nathalie Maller, animatrice référente de la Charte de la cabanisation, Jérémie Firze, responsable des affaires juridiques, Brigitte Lagarde, juriste, et André Six, technicien, ont animé le débat.

La cabanisation est un problème récurrent dans les villages des Pyrénées Orientales où se multiplient les implantations sans autorisation, dans les zones agricoles et naturelles, de caravanes, résidences mobiles de loisirs, habitations légères, baraques et cabanons, certains construits en dur, occupés épisodiquement ou de façon permanente. Les enjeux de la cabanisation sont nombreux, posant en particulier des problèmes sociaux, environnementaux, sécuritaires et financiers.

Le constat du phénomène croissant dans le département et la relative inefficacité des actions entreprises jusqu’alors ont conduit à la réactualisation de la Charte de 2006.

La nouvelle Charte 2015 propose dorénavant l’engagement des communes avec désignation d’un référent, un comité de pilotage présidé par le Préfet, la désignation d’un animateur et l’élargissement à d’autres partenaires signataires.

Le Comité de Pilotage et l’animatrice sont les principaux conseillers pour traiter les situations complexes et accompagner les communes dans les diverses démarches.

Le maire est cependant l’acteur central de la problématique, à titre préventif, répressif, lors de la procédure pénale ainsi que sur le plan civil avec la possibilité d’enclencher une action en responsabilité civile devant le Tribunal de Grande Instance.

Les actions pour lutter contre la cabanisation sont complexes et souvent de longue haleine.

Plusieurs élus témoignent, regrettant les délais de réponse trop importants, relatant des situations anecdotiques, habitants installés dans la forêt de chênes et injoignables, agricultrice passant à travers les mailles depuis des années, impossibilité de visite des lieux, occupants belliqueux, résidents non solvables aux comptes absents, caravanes transformées en résidences fixes avec terrasse et auvent, financement des travaux de démolition à la charge de la commune…

Pour lutter efficacement contre la cabanisation, outre la campagne de prévention, la surveillance du territoire et les arrêtés municipaux interdisant le camping, la procédure judiciaire comprend plusieurs volets : repérage, information au contrevenant, verbalisation, mise en demeure, constitution de partie civile, condamnation, relogement et enfin démolition.

Les discutions animées se sont prolongées avant que chacun se sépare, documentation en main, préparée par la DDTM pour « Agir face à la cabanisation ».  

Bientôt la Saint-Paul !

DSC00110.JPG

L’Assemblée Générale du Comité de Jumelage Reynés-Maçanet de Cabrenys s’est tenue en présence de nombreux adhérents passés entre les mailles des différents virus.

Quelques questions ont été débattues avec le maire Jean-François Dunyach qui a remercié l’association pour son implication dans le village, permettant ainsi la cohésion des habitants.

Après acceptation des bilans positifs, tant moral que financier pour 2016, les projets pour 2017 ont été évoqués : la fête traditionnelle de la Saint-Paul, un voyage à la destination encore à décider, la célébration de la Saint-Jean et une exposition de peinture transfrontalière, comme en 2014 à Maçanet et 2015 à Reynés où elles avaient connu un beau succès.

Cette fois-ci la manifestation se déroulera la première quinzaine de juillet à Maçanet et à la fin de l’été à Reynés. Peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs… à vos outils.

En ce qui concerne la Saint-Paul, elle aura lieu le dimanche 29 janvier.

10 H 30 : MESSE à la chapelle, (chauffée). Distribution de mimosa bénit.

12 H : REPAS CATALAN avec les incontournables boles de picolat (à l’intérieur en cas de mauvais temps).

14 H : course des enfants de Reynés

15 H : SARDANES GRATUITES avec la cobla « PRINCIPAL del ROSSELLO » (dans la chapelle si mauvais temps).

Incontournables aussi, les bunyetes, la tombola, vannerie et produits locaux.

Les réservations pour le repas se font avant le mercredi 25 janvier (16 € pour les adultes et 8 € pour les enfants de moins de dix ans) en téléphonant à Marie au 04 68 87 29 60 ou à Magali au 04 68 87 30 14.

L’AG s’est poursuivie avec la préparation de la Saint-Paul, et terminée, comme le veut la tradition, par la dégustation de la galette des rois.