01/04/2017

Un homme bon s’en est allé…

 

Né à Reynés à Can Miquel le 12 janvier 1935 au foyer de Joseph Mas, veilleur de nuit à la mine de talc et d’Anna Madern, il était l’aîné de quatre frères et sœur. Il fréquenta l’école de Reynés Village, mais ce qu’il aimait par-dessus tout, c’était « faire le manœuvre » pour son oncle Jean.

Avec son père et son frère Prosper, ils creusaient à coups de pioche et d’explosifs la route du Serrat Cantaire pour se rendre à la propriété, quelquefois la nuit, éclairés par des lampes à carbure. Travail ardu qui le rendait ensuite somnolant sur les bancs de l’école.

Très vite, il apprit la mécanique chez Rougé rue Saint-Ferréol à Céret. Après son service militaire de vingt neuf mois en Algérie, il travailla aux Courriers Catalans. Des problèmes de vue l’obligeant à changer de métier, il intégra la mairie de Perpignan où il entretenait les espaces verts.

En 1960 il épousa Yvette Daydé de Céret et ils formèrent un couple solide sur lequel pouvaient s’appuyer en toute confiance Jean-Louis, Bernadette et José, leurs trois enfants.

Tranquille et serein, il avançait dans la vie en homme de terroir, connaissant tous les obstacles rencontrés dans l’agriculture comme dans la santé, mais toujours battant, prêt à faire front. C’était Louis la sagesse, Louis le courage, Louis la bonté, la générosité, sans jamais faillir à son devoir de père.

La famille était tout pour lui. Et ses petits enfants, Marie, Paul et Pauline le savaient bien. Il était toujours présent pour eux, complice, leur offrant des vacances de rêve à Bolquère  et à Prats de Mollo, les accompagnant à leurs activités, prêt à rendre service, à les gâter, à les encourager, yeux pétillants et sourire aux lèvres.

Les élèves de l’école du Pont-de-Reynés eux aussi ont dernièrement bénéficié de ses conseils pour tailler la vigne. Ce fut une des dernières belles journées de sa vie.

L’annonce de sa disparition brutale remplit de désarroi tous ceux, et ils étaient nombreux, qui le connaissaient et l’appréciaient. Ils ne l’oublieront jamais.

Les commentaires sont fermés.