09/04/2017

Les fleuves sibériens

Gustave Cauwet et son auditoire attentif..jpg

La conférence de Gustave Cauwet, Docteur ès Sciences et ingénieur de Recherche au CNRS, s’ouvrait sur la fiche d’identité du Tech, avec ses 84 Km de long et son débit maximum de 1.600 m3/seconde. Juste une introduction clin d’œil pour nous permettre la comparaison avec l’Ob, l’Ienisseï et la Lena, fleuves sibériens respectivement d’une longueur de 3.650, 4.093 et 4.400 km pour un débit compris entre 12.600 et 19.800 m3/s.

Le dépaysement était complet. Dans ces terres de contrastes et de démesure que traverse le Transsibérien, le voyageur peut s’émerveiller des paysages fantastiques, immensité de territoires gelés durant des mois, permafrost de plusieurs centaines de mètres d’épaisseur,  toundra sans arbres aux multiples « cellules » aquatiques ou taïga couverte de résineux et bouleaux, sommets glaciaires aux paysages majestueux, aurores boréales magiques…

Ces fleuves gelés d’octobre à juin sont pourtant des voies de communication primordiales lorsque la débâcle fait fondre les glaces et libère les bateaux prisonniers des séracs et congères.

De grandes villes jalonnent leur parcours, Novossibirsk, un million cinq cent mille habitants, Tomsk ville coquette aux maisons de bois ouvragé, Krasnoïarsk, un million d’habitants, Igarka avec son aéroport, Norilsk ville la plus polluée au monde, Baïkalsk et son usine de papier.

Éleveurs de rennes ou agriculteurs, employés dans les mines d’or, d’étain ou de diamants, la population garde ses traditions et sa gaieté, malgré la pollution et les conditions de vie extrêmes. Image insolite : un hélicoptère transporte à l’école les élèves des campagnes.

La faune est elle aussi adaptée au climat, tigre de Sibérie, loup arctique, lièvre et renard blancs, morses, narval, oiseaux à profusion…

Le mammouth est toujours présent, en inclusion glaciaire, et le commerce d’ivoire est toujours d’actualité…Gustave Cauwet a captivé son auditoire et répondu aux questions suscitées par les splendides images du diaporama.

21:19 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.