23/04/2017

Brexit or not Brexit ?

Marie Juanchich.jpg

Le Docteur en Psychologie Marie Juanchich se trouve au cœur de la problématique après un parcours exceptionnel qui l’a menée dans la « Perfide Albion ».

Née en 1983 à la maternité de Céret, elle a effectué sa scolarité à l’école de Reynés où elle était une très bonne élève, puis au Collège et au Lycée de Céret. Elle entre ensuite au Lycée Arago à Perpignan où elle passe un BAC Littéraire avec Spécialité Mathématiques avant d’entrer au Mirail, Faculté de Toulouse, pour préparer un Master Recherche de Psychologie et termine Major de sa promotion. En 2010, grâce à une bourse d’état elle devient Docteur en Psychologie avec les félicitations du jury.

Avec son chien Tao et son Ford Transit elle traverse la Manche, un peu inquiète pour les contrôles à la frontière mais c’est sans encombre qu’elle rejoint l’Université de Kingston où elle restera cinq ans.

La petite Marie à l’abondante chevelure frisée et au regard pétillant a bien grandi… Maître de Conférence, enseignante et chercheur, elle travaille actuellement à l’Université d’Essex, en tant que psychologue spécialisée en psychologie cognitive et sociale.

Directeur de recherche associé, ses études portent sur deux thèmes : comment encourager chez les gens les comportements d’aide et décourager les comportements de discrimination et comment améliorer la communication des risques dans le domaine médical, les prévisions météorologiques ou le changement climatique. Elle participe à des congrès aux quatre coins du monde pour parler de ces thèmes de recherches.

Marie a récemment présenté ses travaux sur la Communication des risques à la Convention Internationale de Psychologie à Vienne.  Ils font l’objet de publications dans des revues scientifiques comme « Nature ». 

 Après son mariage à Fleurac en Dordogne avec Miroslav, un slovaque spécialisé lui aussi en psychologie, Marie a donc  bâti son existence et fondé une famille en Angleterre. Elle est maman d’une petite Anna de quatre ans, passionnée des animaux exotiques du zoo de Colchester. Chaque année les vacances les ramènent en France où ils retrouvent avec plaisir le village de Reynés et les grands-parents qui à leur tour traversent régulièrement la Manche, fiers de la réussite de leur fille.

Brexit or not brexit ?

Devant l’inquiétude générée par la situation incertaine, Marie  a déposé une demande pour obtenir le droit de résidence permanente en Angleterre, en vue de posséder un passeport en bonne et due forme. Comme elle l’affirme sans hésitation : «  Je reste néanmoins européenne, française et catalane dans mon cœur. Ma fille s’appelle d’ailleurs Anna, Elsa et Alba, pour lui rappeler ses racines catalanes. »

Les commentaires sont fermés.