28/08/2017

Jean-Louis et le chant des cigales

Jean-Louis Rubias 8 mai 2017 (12).JPG

Savez-vous attraper les cigales ? Pouvez-vous prévoir le temps qu’il fera demain ? Voulez-vous un conseil pour la culture de votre potager ? Demandez à Jean-Louis, il vous expliquera tout cela volontiers.

Personnage notoire de la vie du village, démarche alerte et sourire chaleureux, toujours prêt à rendre service, n’oubliant aucun anniversaire des voisins et amis, à qui il offre un paquet de gâteaux, c’est Jean-Louis Rubias, du veïnat (hameau) de can Borreil.

Né en 1945 als Andreuics au foyer de Marie-Louise et Ramon Rubias, il était le cadet de deux sœurs aujourd’hui décédées.

Après sa scolarité au Pont de Reynés il entre dans le monde du travail en effectuant la coupe des arbres pour Michel Torrent à Céret puis en s’initiant à la boulange.

Sa silhouette penchée sur le vélo se reconnaissait de loin et chacun le saluait. Les années passant, il a raccroché sa bicyclette et c’est à pied dorénavant qu’il s’en va au pain ou aux commissions jusqu’au super marché, toujours décidé et souriant.

Il relate avec émotion les souvenirs qui ont marqué sa vie.

« Avec mes parents et mes sœurs Raymonde et Janine on allait au cinéma par le col de Baucells.  Mon père travaillait à la mine de talc. Il est décédé le 1° mai 1955. Plus tard je me suis occupé de ma sœur Janine, handicapée. »

Il parle de la vague de froid de 1956 et de l’huile gelée par une température de moins dix huit. « Même le Tech était gelé. Deux ans auparavant, il était tombé un mètre de neige ! »

La réputation de Jean-Louis pour attraper les cigales à la main est bien connue à Reynés. « Je les prenais sur les hâtives de Bâle du mas Santol et je les donnais aux enfants ou aux touristes.»

Il offrait aussi des pedretes de Sant-Vicenç, suscitant ainsi la passion des minéraux chez les frères Borreil.

Mais Jean-Louis a d’autres capacités. Il est doté d’une très belle voix, ce qui lui vaut de chanter dans la chorale paroissiale et au cours des cérémonies patriotiques où il entonne la Marseillaise dont il connaît parfaitement les paroles. Nul doute qu’il sera présent, lors de la prochaine cérémonie du 14 juillet à Reynés pour déposer au pied de la stèle son incontournable bouquet de fleurs

Il cultive son potager en suivant les phases de la lune pour les semis et les plantations.

La pratique des calendres pour prévoir le temps n’a pas de secret pour lui. « Je vérifie et ça marche. »

Aimant la compagnie, il participe aux activités et sorties du Club de l’Amitié et rejoint les randonneurs du mercredi pour des balades dans ce territoire qu’il connaît comme sa poche.

Le reste du temps, il lit et il écrit, sans faute d’orthographe, sur son petit agenda.

Le voyant toujours de bonne humeur, je lui demande s’il se met quelquefois en colère. « Si, si, si, des fois, à l’intérieur… », répond-il en portant la main à son cœur.  

Les commentaires sont fermés.