16/09/2017

Levée de liège à Reynés

liege.jpg

Le chêne liège, fleuron de nos forêts méridionales est une source d’activités ancestrales pour le Vallespir.

Le Musée du Liège à Maureillas, Diam Bouchage à Céret sont des témoins de l’activité générée par l’exploitation de cet arbre qui résiste au temps et aux incendies, protégé par son écorce robuste et souple à la fois, d’une grande légèreté.

Lorsque l’arbre atteint vingt ou vingt-cinq ans, il est procédé au démasclage (levée du liège mâle). L’écorçage le rend alors vulnérable et la couleur rouille du tronc dénudé ne laisse pas d’émouvoir, tranchant sur le vert sombre du feuillage. Se forme ensuite l’écorce femelle qui sera levée au bout d’une dizaine d’année, seule appropriée  à la fabrication des fameux bouchons indispensables aux grands crus du Roussillon… et d’ailleurs.

Les besoins de la fabrique de bouchons cérétane Diam étant en augmentation, il était nécessaire de trouver la matière première sur le territoire proche. Une association fut créée, l’ASL (Association Syndicale Libre de gestion forestière de la suberaie catalane), dont le président est Patrick Mauran, maire de Montauriol.

Cent cinq propriétaires sont adhérents, pour deux mille hectares de forêt sur le secteur des Aspres, des Albères et du Vallespir. Cette structure est gérée par des experts forestiers et des techniciens, Renaud Piazetta, directeur de l’Institut Méditerranéen du Liège à Vivès, Jérôme Louvet, et Frédéric Hébrard de Reynés qui assure le suivi des chantiers. Renaud affirme : « Le contrat d’achat de cinq ans avec Diam, initié en 2011, ayant donné entière satisfaction, il a été reconduit et de nouveaux exploitants ont été contactés. Avec plus de cent tonnes de liège par an, le marché est acquis pour les cinq ans à venir. » L’opération de levage est délicate, la moindre blessure faite à la mère ou « chemise » entraînant la perte de l’arbre. Elle est conduite par l’entreprise familiale Gonzalez-Batlle de Maçanet de Cabrenys qui emploie des spécialistes saisonniers venus d’Andalousie. Cet été, deux tonnes huit cents de liège ont été levées à Reynés sur une parcelle de deux hectares et d’autres propriétaires reynésiens ont été pressentis.  Le système opératoire s’avère efficace, assurant une traçabilité indéniable des bouchons commercialisés par Diam Bouchage. D’autre part, le climat et le terrain étant bénéfiques, des plantations de « suros » ont été effectuées à Saint-Ferréol, à Maureillas et à Vivés. Les personnes possédant des chênes lièges peuvent demander des renseignements sur une éventuelle intervention de l’association en appelant Renaud Piazetta au 04 68 83 39 83

ou Frédéric Hébrard au 06 03 53 82 58. 

Écrire un commentaire