10/10/2017

Maçanet de Cabrenys au lendemain du référendum

5 oct 2017 après le référendum (2).JPG5 oct 2017 après le référendum (1).JPG                                                                                                             Le jumelage est le garant de la fraternité entre les peuples.  Le concept prend tout son sens dans le contexte des événements actuels. Dimanche dernier les reynésiens étaient à l’écoute de la situation en Catalogne. Quelques uns avaient fait le déplacement en signe d’intérêt et de soutien à la population. Jean-François Dunyach, maire de Reynés était aux côtés de Mercè Bosch son homologue de Maçanet le village jumelé où la tenue du référendum n’a pas posé de problèmes particuliers. Les habitants ont rejoint dans le calme le bureau de vote de la « Casa de la Vila » (mairie) où ils ont pu s’exprimer en conscience. Une alerte, heureusement sans suite, en fin d’après-midi, a obligé les élus à changer de bureau de vote et déménager le matériel, une secrétaire restant sur place pour informer les votants de dernière minute.                                                                                                        Le dépouillement a comptabilisé  une participation importante, régulée légalement par un vote électronique, la majorité s’étant prononcée pour l’indépendance de la Catalogne.  Le village a retrouvé son calme mais les gens sont dans l’expectative, comme Mercé Bosch qui entre réunions au Consell Comarcal et gestion des affaires courantes, poursuit son travail de maire de la commune. Les sentiments qui dominent sont la désolation, la déception et l’inquiétude face à l’avenir. Souvent aussi la colère de ne pas être entendus et de ne pouvoir s’exprimer sereinement. Les plus anciens évoquent les souvenirs d’une époque qu’ils ne souhaitent pas pour leurs enfants. Tous espèrent que les jours qui viennent clarifieront une situation pour le moins incertaine mais qui engage les lendemains de la Catalogne. 

Écrire un commentaire