30/11/2017

Vestiges du temps passé

9 nov 2017 chemin de la Copa nettoyage (3).JPG

Lors des matinées de prospection pour retrouver les anciens chemins transfrontaliers de Reynés à Maçanet de Cabrenys, l’équipe bénévole des défricheurs découvre au hasard des sentiers des témoignages du temps passé. Une « resclosa » (ouvrage dans un cours d’eau) vers can Nie, des murettes d’antiques terrasses cultivées, des places « carboneres » (charbonnières), une ruine recouverte de lierre…

Entre l’Avella et le mas Nou, le chemin présente les caractéristiques d’un sentier muletier avec des parties encore empierrées, des remblais de soutènement et des emplacements dénotant la présence séculaire de baraques de charbonniers. Et au cœur de la forêt, deux lames de scie abandonnées, l’une profondément enfouie dans le sol, l’autre sertie dans le tronc d’un pin, absorbée par la branche sur laquelle elle avait dû être posée. L’histoire économique de Reynés se dévoile sous nos yeux. Un peu plus loin nous arrivons au mas de la Copa. Tout s’explique. Une industrie du bois était alors florissante. Les scies à ruban à moteur thermique, succédant aux machines à vapeur, étaient acheminées dans le bois par des mulets et les ouvriers débitaient les arbres sur place. Jean Vinas explique : « Non loin de là, on chasse au lieu dit « la baraque des Italiens » car c’étaient eux qui coupaient le bois et un ruisseau est appelé « clot de la machine ». Des espagnols avaient installé une mini scierie pour couper les troncs de châtaigniers. Un bûcheron de Maçanet, Ignasi Carrera Costa, dit Nasi, a eu un bras sectionné par la machine. »

Nous ne sommes pas loin du « Moli Serrador » de Montalba où Armand, fils du Prince de Merode, avait installé une scierie dans les années 80. L’entreprise n’a duré que deux ou trois ans, les difficultés d’acheminement des barres sur des routes improbables et des chutes de neige successives en ayant empêché le développement.

On a du mal à imaginer une telle activité foisonnante sur ces territoires aujourd’hui à moitié perdus et ces sous-bois souvent infranchissables…

28/11/2017

La Ronde de Reynés en Vallespir prépare la nouvelle saison

DSCF3281.JPG

Le président Bernard Marco  entouré de son bureau a déclaré un bilan moral satisfaisant tandis que le trésorier annonçait un solde positif pour les deux années écoulées depuis la dernière Assemblée Générale en 2015. De quoi rester optimiste  et préparer sereinement les starting-blocs pour la prochaine Ronde. De nombreux bénévoles sur les 71  que compte l’organisation étaient présents ainsi que plusieurs élus. Outre Bernard et Alain, le bureau se compose du secrétaire Alain Gineste et de Marie Bournet secrétaire adjointe, Chantal Delanoy, Michel Baso et Patrick Pallot étant des membres indispensables même s’ils n’ont pas de « casquette »…

La vice présidente Marie Armentier laisse son poste  tout en restant à l’association et Nathalie Pous-Lazzara, trésorière adjointe, souhaite prendre du recul. Ces deux fonctions sont donc à pourvoir. Les volontaires peuvent se faire connaître, ils seront accueillis avec plaisir. Ceux qui hésitent sont invités à assister à quelques réunions pour découvrir l’ambiance avant de s’engager. Pour remercier tous ces gens de bonne volonté qui font de la Ronde de Reynés en Vallespir une des plus belles courses du département, selon les coureurs eux-mêmes, un repas leur est offert un soir de juin à l’aire de loisirs du Pont-de-Reynés, fort apprécié par une cinquantaine de convives.

Autre point fort de l’année, la rando restau qui permet de découvrir les charmes de la région tout en soudant l’équipe dans la bonne humeur et le partage de bons moments. Pour l’année à venir, la Ronde de Reynés se courra le dimanche 11 mars avec les deux circuits de 14 km et de 5,5 km et la randonnée, qui garderont le même profil. A l’issue de l’AG un copieux apéritif était offert par l’association. Pour plus de renseignement téléphoner à Bernard au 04 68 87 44 49 et consulter le site :

www.laRondeDeReynes.com 

27/11/2017

Les Princes Noirs de passage à Reynés

24 nov 2017 (14) ok.JPG24 nov 2017 (15)ok.JPG

Si les Mérens sont les Princes Noirs, Nathalie Komaroff est leur reine. A la tête du troupeau elle mène la quarantaine de magnifiques chevaux sur 250 km de la montagne à la mer avec l’aide de Jojo, maréchal soigneur et de quinze accompagnants.

La traversée de Reynés s’est faite par Puig Nou, la Muntanyole, le mas Santol et le col de Baucells.

De là ils ont dégringolé jusqu’à la Font Calda de Céret où de l’herbe fraîche et un repas chaud les attendaient.

Spectacle inoubliable, les poulains à la robe noire ont grandi depuis le mois de mai et la montée en estive.

De résidence montagnarde à séjour en plaine, ce périple est un travail mais avant tout une aventure fantastique. Et les privilégiés qui accompagnent le troupeau ont les yeux qui brillent lorsqu’ils en parlent.

Anne, de Porté, Philippe de Bages transhument depuis quinze ans. Laetitia de paris apprécie « la dynamique du troupeau, la super équipe des amis qui se retrouvent ». Pour Paul, c’est la première fois : « C’est pas loin mais le chemin est long. Le premier jour on a fait douze  heures d’affilée, avec de la neige à la Llagonne et au col Mitja… Après, on s’habitue. »

Jojo savoure « la liberté, les grands espaces, ça correspond à ma façon de voir le cheval, c’est ma vie. »  Michel, biologiste en retraite a eu quelques difficultés à gérer l’équipement et ses orteils ont souffert durant les marches à pied sur les sentiers difficiles pour soulager les chevaux.

Hervé de Paris adore « ce travail dans la plus belle région de France ». Laetitia vit à la frontière luxembourgeoise. « Ce sont de vrais chevaux, un vrai mode de vie. Je suis impressionnée par la cohésion de l’équipe, bêtes et gens. » Laura poursuit se études à Toulouse. Elle aide Nathalie à la ferme durant l’été. Elle accompagne juste deux jours. Céline et Lisa s’occupent de l’intendance : repas, matériel, clôtures…

Chacun a sa fonction dans l’équipe. Et tous vivent cette transhumance comme « une formidable aventure humaine. »

Mission accomplie, Nathalie peut repartir tranquille vers la montagne et sa « Ferme d’en Garcie » avec chambres d’hôtes et repas de produits locaux où elle organise de nombreuses activités en toutes saisons.  

www.pyren-equus.com/ferme-d-en-garcie/pyrenees.php