06/12/2017

Habitat suspendu !

nid de frelons 28 nov 2017 (6).JPG

L’homme n’a rien inventé … Voilà un bel exemple de construction originale au Pont de Reynés, rive gauche de la Ballera. Certains paient pour vivre dans des cabanes perchées qui ne sont sûrement pas aussi perfectionnées… « Dortoirs » réguliers, climatisation à tous les étages, résistance aux intempéries, traitement des déchets, isolation thermique… Ici, c’est une boule en forme d’œuf géant fixé sur l’arbre par une sorte de carton que les femelles fondatrices puis les ouvrières fabriquent en mâchonnant des particules de bois arrachées aux branches mortes enduites de salive et de sève collante. Cette pâte malléable est  consolidée avec une forte couche de résine et devient très dure. Une population de trois mille individus par « galette » (étage) occupe le nid qui peut peser jusqu’à quinze kilos.

Le frelon, arrivé en France en 2004, contribue au déclin des colonies d’abeilles. Face à ce fléau les apiculteurs sont démunis, n’ayant à leur disposition que des pièges artisanaux inefficaces ou des procédés chimiques dangereux et polluants. Des recherches ont permis de mettre au point un outil à perche télescopique permettant d’introduire une chaleur intense à l’intérieur du nid de frelons. Ces derniers succombent alors en quelques minutes à cette montée en température contrôlée électroniquement pour éviter tout risque d’incendie.

La chute des feuilles facilite la découverte des nids qu’il est bon de signaler afin d’agir le plus rapidement possible s’ils ne sont pas encore désertés. Car aux premiers gels les jeunes femelles fondatrices nouvelle génération quittent leur domaine et trouvent une cachette pour passer l’hiver avant de construire un nouveau nid au printemps suivant. Le reste de la colonie est abandonné et la structure se dégrade avec les intempéries, servant parfois de cachette aux oiseaux.

Pour signaler la présence d’un nid, joindre la mairie (04 68 87 18 55) qui fera le nécessaire.

Écrire un commentaire