21/01/2018

« Les derniers ours : une histoire des Fêtes de l’Ours », de Oriol Luis Gual

LUIS GUAL Les fêtes de l'Ours 13 janv 2018 (2).jpg

La conférence initiée par l’association Reynés Patrimoine Culturel s’ouvrait sur un film d’anthologie tiré des archives paysannes montrant la fête de l’ours à Prats de Mollo aux prémices du siècle dernier. C’était alors, Oriol Luis Gual le précise, « une époque sans touristes, une fête pour le village, par le village ». D’ailleurs de nombreuses communes du département avaient leur propre fête de l’ours. Subsistent à l’heure actuelle Arles sur Tech, la plus proche des textes anciens, Saint-Laurent de Cerdans et Prats de Mollo. Chacune a sa spécificité et la tradition a évolué, se colorant des touches particulières de personnages venant étoffer la symbolique de la fête, comme la Roseta à Arles, la Monaca, le Gamarús, la Tortuga, les Figueretes à Saint-Laurent, les trois ours et l’antre de la bête sur la place du village à Prats de Mollo, les peaux de moutons moins coûteuses que les véritables peaux d’ours comme celle de Saint-Laurent venue du Canada… Le nombre d’ours s’est multiplié, allant quelquefois jusqu’à huit…

La structure générale est cependant toujours la même. Outre la poursuite des jeunes filles puisque tel est l’objectif de l’ours venu d’un territoire des confins du village, les temps forts du cérémonial sont l’habillage de la bête et le grimage avec un mélange de vin, d’huile et de suie, et le rasage par le barbier afin que l’ours reprenne forme humaine. Le contrepas, danse masculine et la mélodie d’une musique du XV° siècle accompagnent les festivités.

Ces fêtes de l’Ours ne sont pas propres au Vallespir. Les pays catalans, Barcelone, Valls, La Mata, le Pays Basque organisent également des jeux d’ours. Hors d’Europe on retrouve des rituels ursins, en Amérique, au Japon, en Russie, mais elles n’ont rien de commun avec nos traditions.

La fête s’est vue parfois frappée d’interdit à l’arrivée du christianisme ou à la suite de fêtes entachées d’accidents mortels.

La place de cette tradition suivant l’évolution du calendrier est fluctuante : la Chandeleur, Carnaval, Mardi Gras. Mais quelle que soit la date, le mariage de l’ours avec la jeune fille donnera naissance à une nouvelle année.

Oriol Luis Gual travaille en étroite collaboration avec Robert Bosch, grand spécialiste des ours et même de « La Femme de l’Ours ». Une intervention en duo aura lieu le mardi 23 janvier à la librairie Torcatis où ils présenteront leurs ouvrages autour d’une projection et d’une exposition. 

09:32 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.