27/02/2018

Les « Derniers virages » de Jean-Paul Salini

Général (2).JPG

De sa maison du Vilar où il réside depuis vingt ans, le Général Salini peut admirer les sommets qui séparent la France de l’Espagne et de ces pays de Sud qu’il a connus durant sa carrière, Algérie, Indochine, Afrique…

Jean-Paul Salini a été pilote de chasse et navigateur à la voile. Il a dirigé le premier Commandement Aérien Tactique et l’opération interarmées « Lamantin » en Mauritanie.

Il a été également directeur de l’Ecole Supérieure de Guerre Aérienne et directeur du Renseignement et des Etudes Générales au Secrétariat Général de la Défense Nationale.

Ce parcours aussi intense, vocation née dès l’âge de quatorze ans lorsqu’il rejoint la Résistance en Corse, a donné naissance à un ouvrage sorti en 2016 et primé exceptionnellement le  quinze juin 2017 par l’Académie de l’Air et de l’Espace qui décerne pour la première fois sa médaille à une œuvre littéraire.

« Derniers virages » est un livre d’aviation, magnifique témoignage sur les pilotes de l’Armée de l’air au combat.

Les aventures de Jean-Paul Salini lui ont inspiré des réflexions sur la guerre, la mort, le sacrifice, qu’il a analysées dans ce manuel, cernant de près les motivations, les sentiments, les doutes, les enthousiasmes, grandeurs et servitudes des soldats de profession.

« C’est pour les compagnons que j’ai laissés sur la route que j’ai écrit ce livre, pour que perdure un peu la mémoire de mes copains. »

Un long cheminement a été nécessaire pour le réaliser car « il dormait dans mes cartons depuis des années.»

Objet d’une séance de signature à la Médiathèque de Céret, le livre « Derniers virages » aux éditions Jérôme Do Bentzinger est disponible sur commande dans les librairies. Jean-Paul Salini se dit prêt à proposer à Reynés une conférence sur « L’aviation de chasse de grand-papa »

Les droits d’auteur sont reversés directement à l’Association des Ailes Brisées qui vient en aide aux orphelins et veuves de guerre.

A l’heure du repos et de la sérénité, Jean-Paul Salini suit d’un œil attentif l’actualité mondiale. Cet homme de guerre n’aime pas la guerre. Contrairement à ce que disait Clausewitz, il pense que « la guerre n’est pas la politique continuée par d’autres moyens. Toute déclaration de guerre est un constat de faillite. La guerre c’est lorsque les pauvres troupiers et les civils innocents paient de leurs vies et de leurs souffrances les erreurs des politiques et des diplomates. Mais la guerre, hélas, est toujours possible. Car elle est le propre de l’homme. » 

19:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.