07/03/2018

De Fenollar à Reynés, « lladoners, verneda amb consolda » (micocouliers, aulnée avec consoude)

Marcel J DORONICUM pardalianches, P1050408 - copie.JPG

Marcel Juanchich et Jeanine Rodriguez, botanistes bien connus de Reynés Patrimoine Culturel, ont participé à l’élaboration du n° 26 des Cahiers de la Rome publiés par l’Association pour le Patrimoine de la Vallée de la Rome.

Leurs recherches les ont conduits aux abords de la chapelle aux fresques de Saint-Martin de Fenollar, à Maureillas-Les Illes. Après quelques mois d’herborisation ils ont inventorié pas moins de cent vingt cinq espèces végétales dans le bois de micocouliers et la ripisylve, bande en bordure du ruisseau arpentée sur cinq cents mètres environ le long de la Rome. « C’est une rivière fabuleuse, changeante, s’enthousiasme Jeanine, et des variétés botaniques d’une richesse incroyable ont pu être relevées. Chaque fois qu’on passe on découvre de nouvelles espèces, comme le tapis d’ail de Naples,  une merveille. »

Le micocoulier, Celtis Australis, arbre typique de notre région, à feuillage caduc, a été introduit  à des époques préhistoriques, mais il existe cependant des peuplements naturels. Il est présent sur tous les bords de rivières accessibles, comme dans la basse vallée de la rivière de Reynés avant son confluent avec le Tech et tout le long de l’ancienne voie ferrée où la fabrique de fouets de Sorède s’approvisionne régulièrement en matière première. Son feuillage est encore utilisé de nos jours pour les ovins, caprins ou lapins. En médecine, Joan Valles l’ethnobotaniste de Figueres signale l’élaboration de « ratafies » et infusions pour épurer le sang, abaisser la tension artérielle et le taux de cholestérol.

Parmi les plantes remarquables sur ce site, Marcel note le Symphytum tuberosum ou consoude, présente dans l’association du Lamio-Alnetum glutinosae qui la contient, l’aulne, en catalan « verneda amb consolda. « Je connais une petite population de consoude à la Forge de Reynés, au sud de ce hameau en exposition nord. Il y vit une vingtaine de pieds sur un talus de micaschistes, humide et plutôt frais toute l’année. Elle fleurit aux alentours du 9 avril ».

Pour acquérir les « Cahiers de la Rome » les contacts sont les suivants : au siège d’AsPaVaRom, 1 rue des Ecoles, 66160 Le Boulou,  aspavarom@gmail.com et 06 16 53 35 63   Dans le cadre de la Sant-Jordi au Boulou, Jeanine Rodriguez et Marcel Juanchich mèneront le samedi 14 avril une balade botanique à la découverte des plantes utiles, médicinales et comestibles, organisée par AsPavaRom. 

Les commentaires sont fermés.