12/03/2018

Pont de Reynés : Ouverture au fil du Tech

Jean-Marie.JPGouverture 10 mars 2018 (5)Mathieu et Mathias.JPG

ouverture 10 mars 2018 (8).JPG

Dès poltron minet, carte de pêche en poche, les premiers pêcheurs tendaient leurs lignes et pinçaient leurs appâts pour courir après les truites déversées récemment dans la rivière au courant regonflé par les dernières pluies et la fonte des neiges. Il s’agissait de poissons surdensitaires de 25 à 30 cm, fournis par la Fédération Départementale de Pêche, variété de truites « portion », destinée spécialement à ce jour d’ouverture. La pêche sportive viendra plus tard quand les alevins déversés voici quelques mois auront grandi en taille et en esquive.

Le confluent de la Ballera et du Tech est l’endroit propice à la capture des truites le long du parcours classé « Pêche et Loisirs ».

De hautes cuissardes permettent à Ahmed de Saint-Laurent de la Salanque de s’installer dans le lit de la rivière pour lancer sa cuillère au loin d’un geste large du bras qui dénote l’expérience et la sûreté du coup de main. Son frère Chlihi explique : «  Je viens depuis mon enfance, à Reynés, en Fenouillèdes, dans le lac de Vinça. Toute la famille pêche, ma femme, ma fille. Elles ont déjà participé à des concours. »

Mathias du Vilar et Mathieu de Céret, en short et baskets, quinze ans, sont venus à vélo. « On utilise des teignes comme appâts ». Mathieu a bien essayé d’en élever, « mais ce n’était pas concluant, je préfère les acheter. »

Un gars de Paris vient de repartir, il a perdu cinq cuillères en cinq minutes… « Il s’est même retrouvé le c… dans l’eau » raconte Jean-Marie de Reynés, fier de ses deux belles prises de 35 centimètres. La troisième lui a échappé. Il faut dire que cet habitué n’hésite pas à traverser précautionneusement le Tech malgré le courant très fort, le lit assez profond et les cailloux glissants. L’an dernier il a assisté au concours féminin et s’est bien amusé. « Les organisateurs étaient débordés, j’ai dû aider à libérer des lignes, accrocher des asticots qui dégoutaient un peu les femmes. »

Un pêcheur intrépide a grimpé sur un promontoire rocheux près du barrage. De sa situation dominante il a réussi à attraper une truite qu’il n’arrivait pas à remonter dans les tourbillons de la cascade. Mathias et Mathieu l’ont aidé avec une épuisette.

9 H 15. Thierry d’Elne et ses deux fils Nicolas et Thibaut  reviennent bredouilles de la plage des aviateurs à Céret. Pas déçus le moins du monde, ils vont tenter une touche à Reynés. « On aime la nature, marcher,  se balader au bord des rivières… »

13 H. Mathieu est revenu chez lui, la gibecière vide. « L’an dernier ça mordait bien, cette année moins. L’eau est peut-être trop froide. »  Géraldine sa maman explique : « Il va repartir cet après midi avec le copain, il adore ça. Nous l’emmenons partout, en montagne, dans les lacs, les rivières, vers La Preste ou Montalba… C’est une passion que mon père lui a transmise et qui apporte beaucoup de satisfactions. » Première matinée de pêche en demie teinte mais la saison ne fait que commencer. Les amateurs auront encore de belles occasions de taquiner la truite et les femmes de s’entraîner avant le concours féminin à Reynés du dimanche 10 juin 2018.

Les commentaires sont fermés.