25/03/2018

Clément et l’étoile du Berger

Clément et Inamodia à Prats de Mollo.jpg

Décembre 1993 à Banat, hameau du Tech. Un petit veau vient de naître. Son destin tragique le prive de sa mère, le voilà orphelin. Pour l’éleveur de bovins Jean-Lou Coll, sauver le petit animal en le nourrissant au biberon est une évidence. Pendant ce temps, au Pont de Reynés, Simone, son épouse, attend un événement heureux et imminent. Le terme approchant, le veau est transféré  dans le jardin près de leur domicile, afin de pouvoir prendre soin de lui en attendant la naissance. Et le 13 décembre, le petit Clément voit le jour.

L’étoile du Berger a-t-elle brillé sur le berceau lors de cette nuit sombre de nouvelle lune?

Après une scolarité à la suite de sa grande sœur Marie-Laure à l’école du Pont de Reynés et au collège de Céret, il entre au Lycée agricole de Pamiers puis de Marvejols.

Son apprentissage au Centre de Formation de la Chambre d’Agriculture de Rodez, alternant cours théoriques et travail sur le terrain chez un patron en Aveyron lui permet d’obtenir le Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole.

Pour se diversifier et se former dans un autre domaine, il passe le Brevet Professionnel de Travaux Forestiers au Lycée Professionnel Le Mas Blanc de Bourg-Madame et trouve un emploi à l’ONF de Prats de Mollo dans la vallée de la Coumelade qu’il connaît comme sa poche pour l’avoir arpentée avec son père dans son enfance. C’est bien cette expérience sur les pas de Jean-Lou qui va orienter Clément vers un choix définitif. Sa décision est prise : il sera éleveur.

L’opportunité d’une exploitation à reprendre en Ariège s’étant présentée, il décide de fusionner en GAEC avec l’élevage de Banat. Clément devient officiellement éleveur le 13 décembre 2017, jour anniversaire de sa naissance. L’étoile du berceau était bien celle du Berger… Son rêve enfin réalisé, il continue, pour perfectionner ses compétences, à participer à des stages sur la génétique ou sur les méthodes de dressage pour troupeaux dociles…

Sa compagne Mélanie ayant épousé sa passion, c’est souvent ensemble qu’ils se rendent auprès des cent trente huit bêtes de race Aubrac, rustique, bien adaptée à la montagne, réparties sur les deux exploitations.

Le salon de l’Agriculture a fermé ses portes. Clément n’a pas eu besoin de monter à Paris pour voir sa vache fétiche, Inamodia, primée à trois reprises au concours de Vinça. En 2015 elle remporte le premier prix des génisses de deux ans, en de2016 elle finit deuxième des vaches primipare de moins de cinq ans avec son veau et en 2017 elle se classe première des vaches de moins de cinq ans. Belle récompense pour ce jeune exploitant, adepte de l’agriculture biologique, heureux de garder vivante la terre de ces ancêtres, de valoriser un terroir et de vivre de la vente de ses produits. Nul doute que Clément s’inscrira au prochain concours de Vinça les 28 et 29 avril 2018.

Les commentaires sont fermés.