30/03/2018

Le Castell de « La Belle au Bois Dormant »

fin 22 mars 2018 (19).JPGfin 22 mars 2018 (11).JPG

avec l'architecte et Etienne Roudier (7).JPG

Mission accomplie ! Le matériel transporté au sommet du Castell par l’hélicoptère le 12 février dernier (échafaudage, bétonnière, citerne…) a été redescendu « a coll ! » (à dos d’homme) à l’aide de cordes et de bras musclés.

Chevaliers des temps modernes, Olivier Pérals et son équipe, Khaled Mimouni, Nathanaël Raynal, Alexandre Deloue et Jean-François Régis ont réalisé un travail fantastique.

Les arbres fragilisant la muraille ont été dessouchés, le mur reconstitué, rehaussé et consolidé, badigeonné d’un produit hydrofuge pour éviter la dégradation par infiltration d’eau et les pierres époussetées au pinceau-brosse ! Le chemin d’accès tracé à travers bois, un garde-corps installé sur l’angle NE, une plate-forme aménagée au pied du rempart en « chemin de ronde », l’emplacement de la première chapelle Saint-Vincent dégagé, le château renaît de ses cendres…

Passionné de vieilles pierres et d’histoire locale, Olivier est intarissable sur le Moyen-âge et connaît tous les châteaux de la région, sur nombre desquels il a œuvré pour leur redonner une deuxième jeunesse, retrouver la configuration d’origine, découvrir leurs mystères, bref, faire revivre le patrimoine.

C’est ainsi que le Castell de Reynés, sondé en profondeur par les archéologues Etienne Roudier et Ghislain Lauvernier, visualisé en perspective par un drone, se révèle bien plus important que les premières estimations ne le laissaient supposer.

Le projet, acté par la société de David Maso, Axes et Sites, et cofinancé par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du Programme Interreg (POCTEFA 2014-2020) à travers le dispositif Patrimc@t du Pays d’Art et d’Histoire Transfrontalier les Vallées Catalanes du Tech et du Ter, le Conseil Départemental et la Région, voit sa première tranche de restauration bouclée. Les archéologues continueront leurs prospections, des panneaux informatifs seront placés, le sentier finalisé.

Beatriu de Serrallonga, Dame de Cabrenç, Vicomtesse de Rocaberti peut être fière. Après onze siècles d’hibernation, son château sort de l’ombre où la végétation et l’oubli l’avaient plongé. Une présentation des travaux avec conférence d’Etienne Roudier et visite du site est prévue dans le courant de l’année.

Les commentaires sont fermés.