24/05/2018

Exploration souterraine à Reynés

exploration par l'ESV mai 2018 (2).JPG

En avril 2017 la terre s’effondrait, provoquant une doline sur le terrain de l’ancienne guixera (carrière de gypse) de la Colomines.

Ce gouffre de  six mètres de diamètre sur dix mètres de profondeur était la conséquence des pluies diluviennes qui avaient drainé en un même point tous les petits ruisseaux des environs.

Ce terrain fragile est sillonné par les galeries d’exploitation de la mine qui a fonctionné du XIX° siècle jusqu’à la moitié du XX° siècle.

La mairie de Reynés a fait déposer des chargements de terre pour combler le trou, mais auparavant le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) souhaitait explorer le sous-sol pour examiner, comprendre et réaliser un plan éventuel.

L’ESR (Entente Spéléologique du Roussillon) a été sollicitée par l’intermédiaire du reynésien Bernard Lissot  et un samedi pluvieux du mois de mai, l’équipe de bénévoles, François et Sylvie, Papix, Gaston et Bernard, accompagnés par Jacques Sicre adjoint au maire, s’est retrouvée au bord du puits. Bernard explique : « En attendant une amélioration de la météo, Jacques nous mène à l’entrée de la mine enfouie qui servait au hissage des wagonnets par treuil. On découvre un départ de galerie presque totalement obstruée par des dépôts argileux et surtout inondée donc infranchissable. A proximité se trouve  la sortie du canal souterrain de drainage, asséché car probablement  obstrué et non fonctionnel. »

La pluie cesse et les spéléos décident de descendre, après un amarrage sur trois arbres. « La descente sur la paroi détrempée ne pose aucun problème, la marne mouillée où nous posons les pieds d’avère très compacte et collante »

 Les quatre mineurs d’un jour se retrouvent sur un énorme cône d’effondrement « avec les pieds dans une gadoue abominable qui « aspire » nos bottes. On est en fait dans la grande salle-carrefour au croisement de la galerie nord qui conduit à l’entrée de la mine, une galerie sud et une galerie ouest. Tous ces départs sont presque totalement obstrués par des sédiments argilo-marneux et surtout noyés par probablement la même nappe d’eau ». François réalise un topo en règle après repérage de tous les recoins accessibles. Un rapport sera remis à la mairie qui a l’intention de combler la cavité et de dévier les eaux de ruissellement en surface pour limiter le processus de dissolution. »

Mission accomplie pour l’ESR qui poursuit ses investigations à Vingrau, dans la grotte Xatard à La Preste, dans l’aven de Périllos, et bien d’autres sites d’exploration.

19/05/2018

Reynés Patrimoine Culturel à St Marti de La Roca

6 mai 2018 (13).jpg

Le splendide tapis de cistes mauves sur les contreforts des Aspres était un avant-goût  des trésors que la sortie botanique et géologique près de Camelas organisée par Reynés Patrimoine Culturel a révélés à la vingtaine de participants.

Jeanine Rodriguez, botaniste passionnée, est incollable sur les plantes, leurs vertus culinaires ou médicinales et leurs justes dosages.

L’Helichrysum stoechas (immortelle stoechas) dont l’huile guérit les cicatrices, le Calicotome spinosa (cytise épineux), « lardoir » à sauterelles pour la pie-grièche, le Bupleurum fruticosum (Buplèvre ligneux) ombellifère qui donne le meilleur des miels ou le Sorbus domestica (cormier) aux petites poires à manger blettes, choux et salades sauvages… les plantes n’ont pas de secret pour elle.

En osmose avec le terrain sur lequel elles poussent, certaines sont spécifiques des roches calcaires présentes sur la colline de Saint-Martin de La Roca, telle le Cneorum tricoccon (Camelée à trois coques) et Christian Sola, le géologue reynésien, explique, carte à l’appui, que le  roc Saint Martin est un sommet calcaire localisé dans les Aspres schisteuses primaires. Au-dessus des schistes et pélites de l'Ordovicien et du Silurien, affleurent les bancs de calcaires massifs et dolomies du Dévonien constituant le sommet de la colline sous forme de synclinaux perchés. Ces calcaires sont très riches en fossiles marins : des crinoïdes (de la famille des oursins et des étoiles de mer), dont on peut observer de magnifiques spécimens aux alentours de la chapelle Saint Martin.

Une ondée passagère rassemble les marcheurs dans la petite chapelle de style roman, transformée en ermitage au XVII° siècle, perchée sur ce piton d’où la vue est imprenable sur le Canigou chapeauté de nuages, le dessin découpé des Corbières et les sommets des Albères et du Vallespir noyés de pluie.

Le soleil revient pour savourer les surprises de fin de balade : un parterre de petites tulipes sang et or et une grotte, boyau étroit difficile d’accès et obturé par un éboulement.

Une matinée sympathique et instructive, avant la prochaine étape du programme de Reynés Patrimoine Culturel, un voyage à Pézenas dans l’Hérault le dimanche 3 juin 2018.  

18/05/2018

De Reynés à Maçanet en passant par Les Salines, trente ans de Jumelage

14 mai 2018 (7).JPG

Tandis que le chemin reliant le Castell de Reynés à Maçanet de Cabrenys via le Castell Cabrera prend forme, les préparatifs pour la célébration du trentième anniversaire du Jumelage avancent.

L’Acte de Fraternité entre Reynés et Maçanet avait été signé le 8 juillet 1988 à Reynés et le 8 octobre 1988 à Maçanet par Michel Baills et Joan Viňas, maires respectifs.

Trente ans après, les maires ont changé, mais le protocole d’amitié sera reconduit à Maçanet le dimanche 30 septembre. Les randonneurs qui souhaitent s’y rendre à pied pourront emprunter le Cami de Germanor dont l’itinéraire se précise. Les deux municipalités œuvrent conjointement à l’élaboration du parcours et à  l’harmonisation de la signalétique et des informations utiles.

L’ermitage de Les Salines, sous le Roc del Pou, est une étape sympathique du trajet, permettant de se désaltérer à sa magnifique fontaine ou même de passer une nuit au refuge avant de descendre vers Maçanet. Chaque année le village catalan  célèbre à Les Salines l’Aplec de Sant Isidre, ou Festa dels Pagesos (Fête des Paysans). Ce sera ce dimanche 20 mai 2018 avec au programme de la journée, messe à 13 H, distribution de « berenes » (petits pains bénis), riz campagnard pour le prix de 7 € comprenant pain et vin, jeux populaires et sardanes.