04/08/2018

Taïwan, Philippines, Indonésie ? Non, Reynés en Vallespir

DSCF4560.JPG

Bien abritée par les rochers de la Ballera, les pieds dans l’eau, la bambouseraie du moulin offre un tableau dépaysant qui prospère et s’étoffe de jour en jour.

Cette graminée au port arborescent et aux tiges ligneuses formées d'un chaume généralement creux, peut atteindre huit mètres de haut.

Brouté par les dinosaures, salvateur pour les populations indiennes lors des famines, le bambou, plante à croissance très rapide, se développe sur presque tous les continents et se prête à de multiples usages, ornemental, alimentaire, musical (didjiridoo)…

Ceux de la Ballera présentent de jolies couleurs allant du jaune doré au bleu tendre céruléen en passant par toutes les nuances de vert.

A l’origine, pas de voyage en Inde ou en Amérique latine ! Deux reynésiens, Pierrot du mas Santol et son cousin Pierrot de can Jaume, ont « fauché » dans les années quarante du siècle dernier quelques rhizomes à La Conca, à Céret, en bordure du Tech, pour les planter près de chez eux. Ils se sont plu dans cet environnement protégé et ont proliféré pour le plus grand bonheur des amateurs de pousses de bambous qui trouvent là une source constante de production. Manisone, d’origine laotienne, en est une fervente cueilleuse. Francine, la sœur artiste de Pierrot, avec les écailles des surgeons et des tiges et boules de pavot,  réalisait de jolies fleurs décoratives qu’elle vendait dans sa boutique à Amélie les Bains.

Symbole de constance, de fidélité, de pureté et de droiture, le bambou a même sa Journée mondiale, instaurée le 18 septembre 2009 à Bangkok (Thaïlande) par le Département Royal des Forêts.  

13:45 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.