14/08/2018

Paulin est parti, can Borreil est en deuil

 

Peu de temps après son grand copain Pierrot, Paul Borreil est parti rejoindre son épouse Adrienne Borrat de Montferrer, décédée en septembre 2016. Il avait beaucoup de mal à surmonter cette épreuve, tant le couple était lié par une vie de labeur, d’estime mutuelle et de projets communs. Alain, son fils, Sébastien son petit-fils, Anaïs son arrière-petite-fille, ainsi que son frère Jacquot lui apportaient un soutien de tous les jours mais la tristesse et l’affaiblissement ont eu raison de sa résistance.

C’était pourtant un homme fort, Paulin, accoutumé aux travaux agricoles dans ses propriétés reynésiennes, vignes et vergers, ainsi que dans son jardin près de la route, où, casquette sur la tête et vêtu de sa « samarreta » blanche ou bleue, appuyé sur le manche d’un outil ou penché sur le sillon, il répondait au salut des passants qui  admiraient les beaux légumes dont il était si fier.

Né le 25 janvier 1927 au hameau de can Borreil qu’il n’a jamais quitté, il avait le bagout et l’assurance de ces gens de la terre qui connaissent la saveur et le prix de la vie simple et riche de la campagne.

Toujours de bon conseil, il aimait raconter le temps d’avant, la recherche des escargots à la lanterne avec Gégé, le marché d’Amélie où il se rendait avec sa maman Pauline pour vendre leur production, à vélo puis en Citroën Fourgonnette, les souvenirs des vendanges sur les pentes du Ventous avec son père Jacques ou des « botifarres » quand on tuait le cochon avec l’aide de tout le voisinage et de la famille au grand complet, la cueillette des coscolls ou champignons, car la nature n’avait pas de secrets pour lui.

Il aimait le rugby et la pétanque, participant avec Gusti et Manel aux concours en triplette de Prats-de-Mollo à Saint-André, appréciait également avec Adrienne les voyages organisés qui leur procurait l’évasion dans une vie laborieuse.

Le veïnat de can Borreil est en deuil, ses forces vives s’amenuisent, mais le souvenir des « anciens », Louisette, Adrienne, Paulin, demeure, ancré dans les racines de leur terroir.  

Les commentaires sont fermés.