22/02/2018

La catalanité au cœur du Centre Cultural Catala del Vallespir

AG 13 fév 2018 (4).JPG

La salle de la véranda aux Echoppes avait bien du mal à contenir les nombreux participants à l’Assemblée Générale du CCCV. Des représentants des différentes  entités culturelles adhérentes étaient présents ainsi que Josep Puigbert, directeur de la Casa de la Generalitat de Perpignan. « C’est la première association de valorisation de la culture catalane que j’ai connue et je salue sa force et son dynamisme. Le Vallespir est le territoire de Catalogne Nord où la langue catalane est la plus présente. Et la revue « Vallespir » est un excellent outil d’ouverture à un espace transfrontalier. »

Après la présentation du bilan d’activités de 2017 par le président Michel Arnaudiès et de la situation financière par la trésorière Yvette Buscato, les projets pour 2018 sont évoqués.

La revue n° 14 est en cours de finalisation et devrait paraître au mois d’avril. Gentil Puig Moreno, secrétaire, qui assurait magistralement la distribution en Catalogne Sud ainsi que la collecte de l’argent est en convalescence en Bretagne, et la relève doit être assurée. Des solutions sont suggérées afin de continuer la diffusion et la livraison dans les différents points de vente avec un partage géographique et un  réseau de volontaires. Gentil continue cependant, avec Joan-Pau et Montse Escudero, respectivement vice trésorier et secrétaire adjointe, à gérer la revue ainsi que le portail informatique www.vallespir.cat où les associations peuvent disposer d’un espace d’information.

 Après le succès de la dernière Fête Catalane, organisée pour et avec les associations du CCCV, la huitième CAT’FESTA se tiendra le dimanche 14 octobre 2018 à Arles sur Tech, épicentre du territoire Roussillon-Emporda. Le programme se dessine avec ballets, musique, poésie, stands… et une participation transfrontalière exceptionnelle des groupes de théâtre El Galliner et Sant-Llorenç de la Muga qui préparent une pièce conjointe.

Les cours de catalan se poursuivent à Reynés avec le professeur Joan-Pau Escudero dans la salle des Echoppes, en alternance avec une séance où les élèves en autonomie sont aidés par Janine Sicre.

A noter la participation du CCCV au Comité de Pilotage de l’Office Public de la Langue Catalane qui soutient une politique linguistique publique en faveur du catalan, en particulier auprès des plus jeunes.

Josep Puigbert évoque les Rencontres Culturelles Pyrénéennes, action menée depuis deux ans avec la Société Andorrane de Sciences qui édite la publication « Art i Historia al Pirineu ».

Consciente du rôle important de vulgarisation de la langue catalane par le CCCV, l’assemblée s’est terminée par des « xerades » (discussions) autour d’un apéritif sympathique. 

02/02/2018

L’atelier du RAM à Reynés

25 janv 2018 (7).JPG

Une dizaine d’enfants de neuf mois à deux ans et demi s’ébattant sur le tapis de jeux et les éléments modulables favorisant la motricité, c’était l’atelier du RAM (Relais d’Assistantes Maternelles) dans la salle multiculturelle de Reynés.

Liliane Garcés et ses assistantes, accompagnées par des mamans, sont ravies de pouvoir bénéficier d’un local ouvert sur un environnement de nature et d’espace, bénéfique pour les évolutions et l’épanouissement des tout petits.

Le RAM de la CCV (Communauté de Communes du Vallespir) est un nouveau service public officiant sur le territoire, gratuit et itinérant, qui propose des actions collectives adaptées aux enfants de moins de six ans et permettant aux adultes de partager avec eux des moments privilégiés de jeux et d’échanges.

Les assistantes maternelles coopèrent en qualité de professionnelles de la Petite Enfance au projet de soutien à la parentalité aux côtés de leur animatrice.

Une alternance d’activités ludiques, de chansons et de retour au calme permettent aux jeunes enfants d’exercer leurs aptitudes, de s’amuser en toute liberté et sécurité affective et physique et de construire des liens à travers une socialisation douce et progressive.

Les jours de la semaine en mélodie, une couronne des rois qui passe de tête blonde en boucles brunes, c’est le moment d’éveil. Les enfants sont réceptifs, leur attention captée par la gestuelle de Liliane. Suivra un temps de relaxation et de jeux libres, toujours encadrés par les parents et les animatrices. Ces ateliers se poursuivront, le 22 février à Reynés, ainsi que dans les autres villages de la CCV. La programmation est affichée aux secrétariats des mairies. Contact : 06 28 10 01 60, et ramccv@vallespir.com.

24/01/2018

La chapelle Saint-Paul à l’honneur ce dimanche

St Paul (8).JPG

Dans quelques jours aura lieu la fête de la Saint-Paul à la chapelle du même nom. Cet ancien ermitage est cité pour la première fois en 1146 dans un acte situant trois bordes (métairies) sous le nom de « loco vocato a Sant-Pau » (lieu voué à Saint-Paul). On le retrouve en 1628 sous celui de « Sant-Pau y lo vilar » (Saint-Paul et le village), cette dénomination faisant penser qu’il s’agissait d’un groupe d’habitations, une sorte de petite communauté indépendante de Reynés.

De nombreuses modifications La chapelle primitive du XI° siècle, au chevet trapézoïdal était orientée ouest-est.   

Au XV° siècle la seigneurie de Saint-Paul échoit à la famille de Rocaberti, seigneurs de Reynés, descendants de Béatrix de Cabrenç.

L’édifice fut entièrement modifié au XVII° siècle, comme l’indique une pierre trouvée dans un des murs, entre 1686 et 1689, sous le règne de Louis XIV, avec une orientation nord sud, l’agrandissement  de sa nef et l’ajout d’un clocher, de deux transepts, la construction d’un nouveau chœur et de la sacristie.  Jusqu’à la Révolution Française qui le ferma, ce lieu fut occupé par des ermites. Les prêtres de Céret continuèrent ensuite à pratique le culte à Reynés et, dans les temps anciens, Saint-Paul était invoqué pour guérir les maladies de peau.

La plantation d’oliviers plusieurs fois centenaires occupe certainement l’emplacement de l’ancien cimetière.

La façade de l’édifice fut restaurée en 1905.

Propriété de la famille Falguère-Xiffre, la chapelle fut acquise en 1985 par la Municipalité de Reynés qui en assura la restauration.  Il ne reste de l’ancien édifice que l’abside englobée dans le logement de l’ermite, un buste reliquaire de Saint-Paul, le maître-autel du XVIII° siècle et un bénitier en pierre non daté. Le bas-relief en bois du Christ et des apôtres, du XVII° siècle, classé monument historique, très abîmé, se trouve actuellement dans l’église Saint-Vincent à Reynés Village.

De nos jours La chapelle Saint-Paul est dénommée « Sant-Pau dels Envistadors » pour les promesses de mariage qui s’y échangeaient ou « Sant-Pau de les botifarres » car c’est la période où on tue le cochon et les pèlerins avaient  coutume d’y faire griller des boudins.

La fête a toujours eu lieu le dernier dimanche de janvier. Elle se déroulait dans les jardins du domaine Saint-Paul embaumés de mimosa et c’était l’occasion de danses populaires, de vente de boissons, de chouchous et pommes caramélisées, de promenades champêtres dans le parc ombragé, autour du petit lac où nageaient des cygnes. La passerelle sur le Tech n’existant plus, de nombreux cérétans empruntent le chemin de Riu Cerda pour se rendre à la fête.

Organisée de longues années par le Foment de la sardane de Céret, c’est maintenant le Comité de Jumelage Reynés-Maçanet de Cabrenys qui la prend en charge, cette année le dimanche 28 janvier.