25/06/2017

Atelier « Jeux de lecture » à Saint-Paul

Un jeune public attentif.jpg

Animation singulière et petits cris joyeux sous les oliviers de la chapelle Saint-Paul, mise à disposition par la mairie de Reynés: le RAM (Relais d'Assistantes Maternelles), dispositif de service public itinérant et gratuit, officie. Animé par Liliane Garcès, professionnelle de la petite enfance, Lydie Hoareau, lectrice de "Trois P'tits Tours" et par de nombreuses assistantes maternelles, un atelier "Lecture Nature" a permis à une dizaine de jeunes enfants d'écouter des histoires courtes dans un cadre approprié à la poésie. Un atelier de peinture a également été improvisé sur place, permettant aux tout petits de jouer avec les couleurs et de profiter de cet instant magique entrecoupé de jeux, de chants et d'un goûter devant la chapelle.

Quelques mamans et nourrices présentes ont pu s'informer sur cette structure qui "organise des rencontres entre professionnels, familles et enfants pour faire des activités partagées propres à renforcer les liens éducatifs par un travail en transversalité entre public et privé".

Le Relais couvre les communes de la Communauté de Communes du Vallespir avec un réseau de partenaires œuvrant dans l’intérêt de l’enfant et de sa famille et propose un planning mensuel d’actions adaptées aux besoins des jeunes enfants. Le calendrier des permanences et de ces actions, telles l'exposition de peinture des tout petits  à voir au local du RAM (avenue Vignes-Planes à Céret) le mercredi 28 juin 2017 à partir de 10 H ou la Kermesse de l'eau aux Thermes du Boulou (le jeudi 29 juin de 10 H à 12 H) sont à découvrir sur le site: ramccv@vallespir.com 

07/05/2017

Premières cerises de Reynés.

cerises de Reynés 2 mai 2017 Laurent Arnaudiés (3).JPG

Avec un petit décalage par rapport aux cerises de Céret, mais avec tout de même quinze jours d’avance sur l’an passé, les premiers fruits ont été apportés à la Coopérative La Melba vendredi dernier par Laurent Arnaudiès de can Gane avec huit kilos de burlats magnifiques, cueillis sur les collines du Ventous, gorgés de soleil et de bon air.

La récolte s’annonce excellente, « presque trop, car le calibre reste un peu juste. Quand on aura trié, les cerises pourront grossir. »

Le vent et la pluie  ne les ont pas trop abîmées, et la mouche Suzuki n’a pas encore sévi. « On a fait les traitements règlementaires, mais le risque est toujours là… »

Après le burlat viendront la bigalise, la garnet et d’autres variétés plus tardives jusqu’à la starking pour clôturer la campagne.

Délice du printemps, fleuron du Vallespir, c’est l’incomparable  cerise : « Au sortir de l’hiver, des beaux jours messagère,

 Elle offre des saveurs au goût d’éternité. »

Les Mérens en route pour l’estive de passage à Reynés

DSC08603.JPG

DSC08605.JPG

Comme chaque année au printemps, Nathalie Komaroff et ses cavaliers mènent les magnifiques Mérens à travers la chaîne pyrénéenne, en grande partie dans le Parc Naturel des Pyrénées Catalanes, jusqu’à leur résidence d’été à Porté-Puymorens.

Treize chevaux montés et trente cinq poulains sont du voyage, au départ d’Argelés via Amélie les bains, Formentera, Baillestavy, Vernet, Evol, Dores et enfin Porté.

Un périple parsemé d’émotions fortes, d’aventure et de splendides paysages.

Des habitués de longue date mais aussi des nouveaux venus, tous ont en commun la passion des chevaux. Robin, le parisien, vient depuis cinq ans. Laetitia, parisienne elle aussi, alterne monte et intendance. « La Denrée » arrive des Alpes et parle avec enthousiasme « de l’ambiance, la relation avec les chevaux, qui s’affine de jour en jour, l’entraide indispensable, les rapports humains qui se prolongent bien au-delà de l’expérience. »

Philippe, intermittent du spectacle, randonne habituellement avec Véronique qui possède Chiquita, une jument du troupeau. Les belges Pascale et Charles ont « vu un reportage à la télé et ont réalisé leur rêve de cow-boy ». Déjà cavaliers, la monte de travail leur révèle « des objectifs différents » et ils ressentent très fort « l’énergie de la chevauchée en troupeau ».

Evelyne, après dix ans de monte, est dans les coulisses de la transhumance. « Je m’occupe des clôtures, de l’intendance, je prends des photos. Les paysages changent, des fleurs de cerisiers aux genêts d’or, des lacs magiques aux sommets enneigés. »

Bernard vient pour le plaisir mais aussi pour se rendre utile « On a tant d’émotions avec le troupeau ! William du Kentucky nous a fait traverser aujourd’hui cinq fois le Tech qu’il connaît bien. Il sait où passer sans problème.»

Florence relate un accident de parcours : « De Planes à Vall Ter, la tempête faisait rage, il avait neigé et à 2700 mètres il y avait un vent de fou. Mimi et sa voisine hollandaise ont été éjectées du cheval par une violente bourrasque. »

Mimi la marseillaise, qui vient depuis dix ans, petit gabarit sur Praline à la détente rapide, est rabatteuse. Derrière le troupeau, elle poursuit les fugitifs. Elle apprécie la convivialité de l’équipe et organise des jeux à la veillée.

Audrey, la fille de Nathalie, monte depuis…sa naissance. Pour elle, « les amis, les chevaux, les paysages, c’est ça la transhumance. »

Nathalie transhume depuis trente ans, en Ariège puis dans les Pyrénées Orientales. Mais elle a plus d’un…crin à son arc. A Porté elle organise des promenades et des randonnées à cheval, et tient un gîte d’étapes, un gîte à la ferme « La Ferme d’en Garcie » et des chambres d’hôtes.

Elle prépare les repas avec des produits locaux pour faire travailler les agriculteurs du territoire. Pendant que les Princes Noirs goûteront l’herbe des alpages avant de redescendre dans la plaine l’automne prochain.