28/08/2017

La légende de Notre-Dame del Roure

N D del Roure (2).JPG

Il était une bergère qui gardait son troupeau… Intriguée par l’attitude de son bœuf scrutant les branches d’un chêne, elle découvrit une image de la vierge nichée dans le feuillage. C’est la belle légende de l’église Notre-Dame del Roure, chantée par les Goigs en l’honneur de la Vierge. Des fragments de l’arbre sacré étaient conservés dans une armoire et quelques fibres distribuées aux pèlerins favorisaient la suite de leur voyage.

Perché sur son promontoire le petit édifice roman domine la plaine depuis le XII° siècle, avec sa nef unique rehaussée d’une voûte en berceau brisé, son abside semi-circulaire couverte d’un cul-de-four et son clocher-mur à deux baies. Restaurée en 2000 la chapelle a été classée monument historique en 2006.

Avec son retable baroque du XVII° siècle, très coloré, où figurent en bonne place Sant Galdric et Sant Isidro, protecteurs des récoltes, ses deux Vierges du XVIII° siècle « habillées », selon la tradition de la Catalogne, et surtout, ses fresques médiévales d’une beauté remarquable représentant des scènes narratives, la chapelle recèle de véritables trésors. C’est donc un magnifique bijou que Julie Schlumberger du Pays d’Art et d’Histoire Transfrontalier a fait découvrir à la poignée de visiteurs, certains munis de la carte Pass permettant de visiter à prix réduits différents sites dans les Vallées Catalanes du Tech et du Ter.

Les prochaines visites sont programmées le mercredi 6 septembre à 11 H à N-D del Roure (hameau de Taillet) et le vendredi 22 septembre à 11 H à l’église Saint-Vincent de Reynés.  

15/08/2017

Jean-Jacques et la cuisine solaire

Jean-Jacques devant le four solaire.jpg

Reynésien d’adoption, Jean-Jacques Serra est un spécialiste de l’énergie solaire puisque sa carrière s’est déroulée à Odeillo où il était directeur du four solaire militaire.

Il a présenté de nombreuses conférences sur ce sujet, comme à Reynés en 2014, à Canet, Sorède, Arles sur Tech, à Béziers, Grenoble, à Porto ou à Faro, au Portugal, dans le cadre du Congrés Consolfood  sur la cuisine solaire en janvier dernier. Il retournera au Portugal en 2018 pour présenter une communication sur le Padre Himalaya et au printemps 2018, il tiendra à Collioure une conférence sur l’histoire des fours solaires.

C’est donc avec passion qu’il a participé en tant que membre de la commission scientifique à la reconstruction du four solaire de Sorède avec l’Association « Les Amis du Padre Himalaya ». Cette réalisation fantastique, fruit d’un travail et d’une expérience de longue haleine, est opérationnelle depuis  un an avec un nombre important de visiteurs.

Parmi les projets envisagés a été programmé le dimanche 27 août un événement remarquable dont Jean-Jacques est l’instigateur : l’organisation sur le site du Mas del Ca à Sorède d’une journée de démonstration de cuisine solaire et d’emploi de procédés solaires pour le traitement de la nourriture.

L’objectif de cette journée est de favoriser la rencontre entre inventeurs et fournisseurs de cuiseurs solaires, spécialistes reconnus, utilisateurs de ce type de matériel, et le grand public.

Jean-Jacques a contacté plusieurs personnalités et associations qui ont répondu favorablement à son invitation. Des professeurs portugais, espagnols et français se succèderont donc tout au long de la journée et des stands de présentation de matériel par des fabricants, distributeurs ou pratiquants seront ouverts.

Il faut juste espérer que le soleil sera au rendez-vous…

Pour contact et réservation : 06 42 45 29 19 ou contact@foursolaire.org  

04/08/2017

Notre-Dame des Neiges est de retour

 

DSC09001.JPG

La statue en bois polychrome de 57 cm, datant du XIII° siècle, classée en 2008, restaurée à plusieurs reprises et traitée pour éviter sa détérioration, a repris sa place dans l’église Saint-Vincent après un séjour au presbytère de Céret. Scellée sur un socle sécurisé, préservée de l’humidité grâce aux tests d’hygrométrie effectués durant six mois par une sonde électrique afin de déterminer les meilleures conditions de conservation, Notre-Dame des Neiges a retrouvé son lustre d’antan.

Une tradition prétend que la sculpture de la Vierge couronnée, coiffée d’un voile bleu et vêtue d’un manteau de même couleur sur une robe rouge, portant l’Enfant Jésus dans sa main gauche proviendrait de la chapelle castrale de Reynés, antérieure à l’actuelle église Saint-Vincent. Notre-Dame des Neiges était l’objet d’une grande dévotion puisqu’un retable fut même édifié au 19° siècle en remerciement des paroissiens qui lui attribuèrent l’éradication de l’épidémie de choléra en 1854.

La mémoire transmise de génération en génération évoque la neige recouvrant un jour de 5 août le territoire de Reynés jusqu’au mas Casals. D’après Alain Mas, une statue de la Vierge bleue figurait d’ailleurs en bonne place dans une niche de cette maison jusque dans les années 70 en témoignage de ce phénomène météorologique également mentionné  à Rome, où le mont Esquilin, au V° siècle, aurait été recouvert miraculeusement d’une fine pellicule de givre ou de neige.

Le miracle se reproduira-t-il samedi à Reynés ? Les températures actuelles permettent d’en douter…

Mais quel que soit le temps, la Festa Major de Notre- Dame des Neiges sera célébrée par le Père Etienne en l’église Saint-Vincent samedi 5 août à 11 H.