02/06/2018

L’association reynésienne « Eodianoïa » prend de l’ampleur

EOD.jpg

Devenue EOD Production, l’association des jeunes reynésiens interviendra samedi 2 juin 2018 à 11 H à la Médiathèque de Céret avec la projection du film « La véritable histoire de la sardane de la Paix ».

Le but de l’association est de porter des projets audiovisuels en rapport avec la culture, le patrimoine local et la langue catalane. Ils ont ainsi réalisé entre autres le superbe film « Reynés au cœur du Vallespir » et ont à leur actif nombre de courts et longs métrages pour Aravia,  la Festa Catalana d’Arles sur Tech, l’inauguration de la fontaine Fils, une vidéo publicitaire sur Ens Barbershop à Reynés, avec plus de sept mille vues dans les réseaux sociaux… Ils projettent pour cet été un film documentaire sur l’histoire de la Côte Vermeille, avec le support d’un drone et un nouveau documentaire sur « les secrets cachés de notre commune ».

Ils sont à la disposition des associations pour sonoriser différentes manifestations ou des artisans locaux dont ils peuvent mettre en valeur le travail, faire la promotion de leur savoir-faire et de leur production, ils utilisent ensuite le support informatique pour produire des DVD disponibles à la vente.

Ce sont pour la plupart d’anciens élèves de l’école du Pont de Reynés qui forment le bureau de l’association, Mathias Lang président, Alexandre Escudero trésorier, Enzo Gomez secrétaire…, tous fort motivés et enthousiastes, compétents aussi puisque la réussite est au rendez-vous avec des réalisations de toute beauté.

La vérité sur le tableau de Picasso sera donc révélée samedi matin à la Médiathèque de Céret. Pour plus d’informations, s’adresser à contacteodprod@gmail.com. Ou consulter leur page facebook: /eodianoia.

01/06/2018

Un berger Peul de passage à Reynés

Touareg daroussa 18 mai 2018 (4) - Copie.JPG

Dans la cuisine de can Perot, où Daroussa Albade est pour quelques jours l’hôte de Michèle Cardonne, le thé vert jaillit de la théière en cascade odorante pour bouillonner dans les verres étroits sans qu’une goutte ne se perde. Ce geste ancestral des bergers Peuls du Saharra nigérien, Daroussa, coiffé du chèche blanc et noir et drapé dans une tunique colorée, le reproduit six fois de suite d’une main sûre, afin de permettre aux molécules de développer leurs arômes.

Daroussa est un éleveur de chameaux, chèvres et buffles, venu de son lointain village du Niger, pour mener en France une mission de solidarité afin d’aider la population et œuvrer à améliorer ses conditions de vie précaire.

Il est l’initiateur et le responsable de l’association solidaire « Tabarkat » (petite oasis), créée par les habitants de Tadist, qui récolte des fonds en sillonnant les pays d’Afrique et d’Europe.

Cette belle aventure débute en 2008 à Rennes, siège de l’association « Gorom Gorom » qui a initié une action de solidarité envers la région de Tchinta-Baraden, à l’ouest du Niger, et des relations étroites se sont forgées entre les deux associations.

Dans cette région sahélienne, la scolarisation des enfants constitue un enjeu majeur de développement. Des réalisations multiples ont pu être menées à bien, construction d’un bâtiment d’école en dur, d’un internat pour les élèves, latrines, puits, maison d’accueil…

Trente neuf élèves ont ainsi pu être scolarisés et un instituteur nommé par le gouvernement nigérien est logé dans une maison en torchis.

Daroussa ne sait pas écrire. Dans un milieu où la culture orale est prépondérante, il a appris le français pour pouvoir s’exprimer et communiquer, tenir des entretiens, débats et causeries et faire connaître la situation de son pays et les projets possibles grâce à l’octroi de fonds et de dotations des divers partenaires.

Daroussa présente à Michèle et à ses ami(e)s et invité(e)s venus le rencontrer quelques objets d’art réalisés par ce peuple d’éleveurs forgerons, qui travaillent le cuir de chèvre ou fabriquent des bijoux en argent.

Après un périple de deux mois, Daroussa retrouvera sa femme et ses quatre enfants pour poursuivre son action sur le terrain et conduire le projet de permettre à un maximum d’enfants d’accéder à la scolarisation dans les meilleures conditions possibles.

Pour en savoir plus, consulter le site : « Une maison d’Accueil au Niger ». 

30/05/2018

Feste dels Pagesos à Les Salines

les Salines 2018 (4).JPG001.jpg

C’est dans l’ermitage de Les Salines magnifiquement « relooké » (toiture, boiseries, peinture…) qu’a eu lieu le traditionnel Aplec de Sant Isidre, patron des paysans. L’origine de cette fête remonte au XVII° siècle, avec l’offrande aux pauvres  des produits de la terre.  De cette coutume, disparue de nos jours, subsiste le partage du riz et des « berenes » (petits pains bénits) entre les assistants.

La chapelle fut édifiée à la fin du XIII° siècle par Mascaros d’Ortal seigneur de Maçanet, sur un lieu marqué par de nombreux miracles, appelé Les Salines en référence au sel que l’on donnait au bétail sur les pâturages, à proximité de la grotte où, selon la légende, un taureau du mas Roure découvrit une statue de la vierge.

L’histoire de cette statue en pierre calcaire est mouvementée. Brisée en 1593 par un bandit huguenot nommé La Mandra, elle fut remplacée par une reproduction en albâtre, puis au XIX° siècle, par une vierge « habillée », au corps en bois, visage et mains en plâtre, réalisée par un sculpteur de Maçanet Josep Verdaguer i Sales.

Durant la guerre civile d’Espagne, Esteve Planas du mas Roger dissimula la statue enveloppée d’une couverture en territoire français, dans une grotte du mas Solanells. Restaurée à plusieurs reprises, elle revint en procession à la chapelle de Les Salines.

L’ermitage est la propriété de l’Evêché qui assure les travaux, avec l’aide de la municipalité et depuis 1974, de l’association le « Patronat de Sant Isidre ».

La fête terminée, la chapelle silencieuse, les jeux de cordes rangés, les sardanes dénouées, ce cadre idyllique retrouve son calme, troublé seulement par le bruissement de la fontaine ombragée. En 1967 un refuge accolé à la face nord de l’ermitage a été installé par le centre excursionniste de l’Empordà.

Plus récemment, un couple de jeunes de La Vajol a décidé de s’investir dans l’aménagement du site et la permanence de l’hôtellerie. Le restaurant sera ouvert seulement le week-end en juin et juillet et tous les jours durant le mois d’août. Pour connaître les jours d’ouverture et réserver, appeler le 660220397.