14/12/2016

Les NAP en pleine action

NAP  25 nov 2016 (3).JPG

Les abords de l’établissement scolaire du Pont de Reynés fourmillent d’activités en ce vendredi après-midi.

Les enfants qui le souhaitent pratiquent alors les NAP, Nouvelles Activités Périscolaires, gérées par la mairie et encadrées par animateurs bénévoles, personnel communal ou intervenants extérieurs sous la responsabilité de Carine, la coordinatrice.

Sur le terrain de pétanque les élèves, certains ayant déjà participé l’année dernière, ont fait d’énormes progrès et placent leur boule au plus près du cochonnet, tandis que l’adversaire la déloge sans vergogne. Cerceaux, plots et petit matériel permettent aux membres de la Pétanque Reynésienne, Pierre, Patrick, Gérard, Thomas et Jean-Michel de prodiguer un apprentissage efficace.

Sur l’agorespace Thomas apprend le volley-ball aux élèves plus jeunes. De nombreux ballons traversent le green. « Tu envoies le ballon en l’air et quand il revient, tu tapes ! » La technique n’est pas parfaite mais les exercices sont étudiés pour faire évoluer la coordination et la motricité.

Dans la salle des Echoppes, Laetitia et Kamal partagent la séance de danse expression corporelle où les consignes sont données en catalan. Les enfants de maternelle réagissent au quart de tour pour imiter, à l’arrêt de la musique, la poule « gallina » qui saute ou le chat « gat » qui court.

Direction la garderie où les enfants réalisent des vases en carton et bouchons avec Montsé, Jean-Pierre et Jean-Paul, travail manuel qui remplace le jardinage aujourd’hui impraticable pour cause de terrain détrempé. Ils ont déjà planté salades, poireaux, fraisiers, semé fèves et  petits pois, enlevé orties et mauvaises herbes.

Enfin dans la classe de maternelle Jocelyne montre les réalisations terminées avec du matériel de récupération : une jolie chouette en laine, un âne en pinces à linge et feutrine et un pot à fruits secs décoré.

A côté, les plus petits font la sieste, veillés par Christelle, Marie et Patricia qui animeront le réveil avec contes et chansons.

D’autres activités sont au programme : cuisine avec Corinne, arts plastiques avec Chloé, et dès la rentrée de janvier de nouveaux ateliers se mettront en place : théâtre, vannerie, photographie… pour le plus grand plaisir des enfants.

20:00 Publié dans éducation | Lien permanent | Commentaires (0)

30/11/2016

Mauricette et le car de ramassage

Mauricette.jpg

« Elle est où Mauricette ? »

« Pourquoi elle n’est pas là ? Elle est malade ? »

« Mauricette ne vous conduira plus, elle est en retraite. »

« Ah bon, elle n’est pas vieille ! »

« Comment on fera pour revenir de la vigne ? »

« Et bien il faudra partir plus tôt et marcher plus longtemps… »

« C’est pas juste ! »

Mauricette et son car, c’était une institution.

L’entreprise de transports scolaires Arnaudiès-Dunyach fonctionnait depuis 1992 lorsque Jean Arnaudiès, ayant succédé à Mr Coste dès la rentrée 1989-90, s’était associé à Mauricette Dunyach.

Gérées tout d’abord par l’UDSIST (Union Départementale du Syndicat Intercommunal Scolaire et Transports), les lignes scolaires ont été reprises par le Conseil Général.

Jeannot, ancien conseiller municipal, avait souhaité que tous les enfants de Reynés, où qu’ils habitent, soient pris en charge par un autocar pour se rendre en classe et il avait donc mis en place le ramassage scolaire.

Le nombre d’enfants augmentant, la flotte de véhicules a évolué, passant d’un minibus de dix sept places et une voiture de sept à deux bus de vingt deux places, en 1996, différenciés par un liseré bleu ou vert,  pour arriver à deux autobus de grande capacité.

Au départ de Jeannot, en 2011, Mauricette a poursuivi son travail, sillonnant avec Claude les nombreux hameaux éparpillés pour transporter à bon port les élèves de l’école du Pont-de-Reynés, du collège et du lycée.

Les horaires d’ouverture de l’école primaire sont d’ailleurs adaptés à ce système de fonctionnement particulier.

A la rentrée 2016, le couperet tombe.

 Lors du renouvellement des appels d’offre, la société de transport Asperi a repris les marchés des sous-traitants et les lignes de l’entreprise Arnaudiès-Dunyach changent de main.

Mauricette se retrouve donc brutalement en préretraite.

Dire que cette nouvelle l’a surprise est loin du compte. La conduite du bus scolaire était pour elle un mode de vie qui lui convenait très bien.

Elle connaissait tous les enfants, était aux petits soins pour eux, toujours souriante, même lorsqu’elle exigeait un comportement exemplaire, sécurité oblige, toujours prête à rendre service, à attendre parfois quelques minutes un retardataire occasionnel, qu’elle sermonnait gentiment, la ponctualité étant indispensable sur les trajets longs et tortueux de la commune de Reynés.

Très coquette, les enfants étaient sensibles aux accessoires souvent originaux de sa tenue vestimentaire : « C’est joli ce que tu portes. »

Un détail qui vaut son pesant de douceur : la veille de Noël les voyait arriver, Jeannot et elle,  dans chaque classe, porteurs d’une immense boîte de chocolats dont le couvercle était tellement beau que la maîtresse hésitait à l’ouvrir, cédant bien vite cependant à la gourmandise des enfants.

C’était une autre époque… celle des services rendus spontanément par ces chauffeurs qui n’hésitaient pas à faciliter un déplacement de proximité, à participer à une fête nécessitant un transport sur de courtes distances, à venir quelquefois après leur tournée récupérer une classe en randonnée à la montagne. Ils faisaient partie de la grande famille de l’école du Pont-de-Reynés.

Une page se tourne… Merci Mauricette, nous te souhaitons un agréable tournant de vie et des jours heureux sur les collines du Col de Baucells.        

20/11/2016

Commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918

Les récipiendaires de l'école du Pont d- Reynés.JPG

En présence des membres du Conseil Municipal, de l’Association des Anciens Combattants, des pompiers, des élèves de l’école et de la population, le maire Jean-François Dunyach a procédé devant le monument aux morts à la remise du diplôme du Souvenir et de la Reconnaissance décerné à titre collectif à l’Ecole Primaire et à titre personnel à la jeune Leelou Manya pour l’aide désintéressée apportée à l’AC.

A la demande du Préfet des Pyrénées Orientales, les enfants présents ont chanté le « Chant des Bleuets », créé par le CM2 de l’école Jules Ferry de Perpignan, suivi de la lecture des textes officiels par le maire et André Salgues, président des AC, l’hommage aux morts avec l’appel des noms inscrits sur la stèle, la minute de silence, la Marseillaise et le Chant des Partisans.

Après le traditionnel dépôt de gerbes, l’assistance a été conviée à un vin d’honneur dans la salle du conseil.