19/12/2017

Sortie Cabaret à Sète

voyage club de l'amitié.JPG

Les séniors  du Club de l’Amitié de Reynés et leurs amis de Céret ont participé à une sortie Cabaret à Sète.

Après un arrêt à la biscuiterie  artisanale de Frontignan, <<La Belle Epoque>>, où se fabrique la fameuse Zezette de Sète, une dégustation des différents produits, biscuits sucrés, biscuits salés et quelques  emplettes, le groupe s’est rendu au cabaret de Sète.

Le déjeuner tout en musique était animé par un chanteur haut en couleur et le spectacle a débuté par une représentation où danseurs, danseuses, chanteurs en live, Magie et Grandes Illusions ont fait voyager les convives pendant près de deux heures. C’était un show très chic, dans  l’atmosphère de luxe d’un cabaret considéré  comme le music-hall le plus parisien du Sud de la France.

La piste de danse leur a permis ensuite de profiter des musiques éternelles avant de reprendre le chemin du retour les yeux remplis d’étoiles, de paillettes et de couleurs.

Prochaine manifestation prévue au Club de l’Amitié : le repas de début d’année qui aura lieu le dimanche 14 janvier dans la salle multiculturelle au village à Reynés.  

12:18 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2017

Les Princes Noirs de passage à Reynés

24 nov 2017 (14) ok.JPG24 nov 2017 (15)ok.JPG

Si les Mérens sont les Princes Noirs, Nathalie Komaroff est leur reine. A la tête du troupeau elle mène la quarantaine de magnifiques chevaux sur 250 km de la montagne à la mer avec l’aide de Jojo, maréchal soigneur et de quinze accompagnants.

La traversée de Reynés s’est faite par Puig Nou, la Muntanyole, le mas Santol et le col de Baucells.

De là ils ont dégringolé jusqu’à la Font Calda de Céret où de l’herbe fraîche et un repas chaud les attendaient.

Spectacle inoubliable, les poulains à la robe noire ont grandi depuis le mois de mai et la montée en estive.

De résidence montagnarde à séjour en plaine, ce périple est un travail mais avant tout une aventure fantastique. Et les privilégiés qui accompagnent le troupeau ont les yeux qui brillent lorsqu’ils en parlent.

Anne, de Porté, Philippe de Bages transhument depuis quinze ans. Laetitia de paris apprécie « la dynamique du troupeau, la super équipe des amis qui se retrouvent ». Pour Paul, c’est la première fois : « C’est pas loin mais le chemin est long. Le premier jour on a fait douze  heures d’affilée, avec de la neige à la Llagonne et au col Mitja… Après, on s’habitue. »

Jojo savoure « la liberté, les grands espaces, ça correspond à ma façon de voir le cheval, c’est ma vie. »  Michel, biologiste en retraite a eu quelques difficultés à gérer l’équipement et ses orteils ont souffert durant les marches à pied sur les sentiers difficiles pour soulager les chevaux.

Hervé de Paris adore « ce travail dans la plus belle région de France ». Laetitia vit à la frontière luxembourgeoise. « Ce sont de vrais chevaux, un vrai mode de vie. Je suis impressionnée par la cohésion de l’équipe, bêtes et gens. » Laura poursuit se études à Toulouse. Elle aide Nathalie à la ferme durant l’été. Elle accompagne juste deux jours. Céline et Lisa s’occupent de l’intendance : repas, matériel, clôtures…

Chacun a sa fonction dans l’équipe. Et tous vivent cette transhumance comme « une formidable aventure humaine. »

Mission accomplie, Nathalie peut repartir tranquille vers la montagne et sa « Ferme d’en Garcie » avec chambres d’hôtes et repas de produits locaux où elle organise de nombreuses activités en toutes saisons.  

www.pyren-equus.com/ferme-d-en-garcie/pyrenees.php   

23/11/2017

Les chasseurs de Reynés ont la parole

chasseurs 26 oct 2017 (1).JPGchasseurs 8 nov 2017 (1).JPG

Ils ont tous les trois occupé le poste de Président de l’ACCA (Association Communale de Chasse Agréée) de Reynés à des époques différentes et tous trois ont la passion de la chasse.

Jeannot, conseiller municipal sous le mandat de Michel Baills, est le président fondateur de l’association en 1970. Les battues organisées de part et d’autre de la frontière avec ceux de Maçanet de Cabrenys ont forgé une solide camaraderie à l’origine du jumelage entre les deux villages.

André traque le sanglier depuis l’âge de dix huit ans, et fut président à Reynés durant onze ans. René après deux ans de présidence est maintenant trésorier. Ils évoquent le temps passé. « Au début on tuait sept à huit sangliers par an. Maintenant c’est près de deux cents.» Cette prolifération génère « une situation problématique car les bêtes en recherche de nourriture s’aventurent de plus en plus près des habitations, provoquant de nombreux dégâts. Jardins, cultures et pelouses sont régulièrement dévastés. Les clôtures électriques s’avèrent inefficaces et n’arrêtent pas les sangliers au cuir épais et résistant. »

L’ACCA

La Battue de l’ACCA de Reynés est composée d’une cinquantaine d’adhérents dont deux femmes. 80% sont des reynésiens et 20% ont moins de quarante ans. Ils chassent les mercredi, samedi, dimanche et jours fériés, d’août à janvier.

Une étape importante a été la construction en 1994 du local de chasse, grâce au maire Roger Villalongue. « La mairie ayant financé le terrain ainsi que le gros matériel, les quinze ou vingt chasseurs de l’époque ont assuré tous les aménagements intérieurs » explique Jean.

Le bureau de l’ACCA de Reynés avec son président Joseph Farré, son vice-président Alain Dabouzy, son trésorier René Farré et son secrétaire Jean Vinas réunit chaque année l’ensemble des chasseurs de l’association en Assemblée Générale et en juillet un repas est organisé au village, très prisé par les habitants.

Des battues avec des sociétés voisines permettent de coopérer, comme en 2005 où les chasseurs du Conflent ont été invités sur le terme de Reynés après le terrible incendie ayant ravagé leur campagne.

Sécurité et règlement

Le terrain de chasse est défini en fonction des traces (le « pied ») et des dégâts signalés par les propriétaires. Dans tous les cas ce territoire occupé est restreint et délimité par une signalisation sous forme de panneaux mobiles. Il est recommandé de les laisser en place par sécurité pour les autres usagers de la montagne qui peuvent cependant emprunter sans problème les sentiers pédestres balisés.

La réglementation pour les sorties en battue est très stricte : carnet de présence émargé, lecture du règlement avant le départ, vêtements colorés… C’est également l’ACCA qui gère les Plans de Chasse chevreuil et mouflon.

Après la chasse

Au retour de la chasse  les animaux sont aussitôt traités et la viande répartie. Les peaux et les déchets sont  congelés avant d’être jetés dans des poubelles. Dans un proche avenir la Communauté de Communes du Vallespir, la Commune de Reynés, la Fedération de Chasse et l’ACCA vont installer à Reynés un site règlementaire d’enfouissement. Une convention a été signée le 24 octobre dernier entre les différentes parties pour cette expérimentation au niveau du département qui sera retenue comme expérience nationale.

Hors saison les chasseurs nettoient et perpétuent les chemins forestiers, chacun étant redevable au minimum de quatre demi-journées. Ils utilisent leur matériel personnel, débroussailleuse, épareuse, broyeur, ou paient des entreprises pour effectuer certains travaux. Les chiens ont l’obligation de rester en chenil, des séances régulières d’entraînement en enclos fermés, comme à La Bastide, leur permettant de s’ébattre.

Une équipe soudée, un plaisir partagé et une utilité reconnue, c’est la grande famille des chasseurs qui par leur activité préservent la faune et son environnement en tâchant de réguler au mieux la population de gibier.