21/11/2017

Un géant abattu

eucalyptus abattu par le vent 17 nov 2017 (4)ok.JPG

La tramontane déchaînée a causé de nombreux dégâts dans la plaine du Roussillon mais  Reynés n’a pas été épargné et les conséquences  de la tempête sont visibles. Tilleuls abattus, mimosas déracinés… Sur le Ventous c’est un eucalyptus de plusieurs dizaines d’années qui s’est effondré, à can Marc, entraînant dans sa chute les branches du cyprès voisin. Impossible au laboureur d’accéder au verger, il doit faire un détour tant que l’arbre ne sera pas débité. Un jardinet et ses semis ont frôlé l’anéantissement et le cultivateur l’a échappé belle…

17/11/2017

A l’ombre du cognassier de Chine

coing chinois 8 nov 2017 (6).JPG

Le village de Reynés recèle plus d’une surprise… Après le Parasol chinois ou l’Osmonde Royale, c’est une autre curiosité venue d’Asie que l’on rencontre rive gauche du Tech dans le quartier de Saint-Paul. Un arbre de dix mètres de haut, chargé de gros fruits oblongs jaune foncé très aromatiques. C’est le cognassier de Chine ou « chaenomeles sinensis » à la belle écorce brun foncé et aux feuilles simples, alternes, brillantes, qui se renouvellent totalement sous la poussée des nouveaux bourgeons et prennent de belles couleurs rouge orangé à l’automne. Les petites fleurs roses apparaissent au printemps et leur nectar est très apprécié des abeilles. Ses fruits comestibles demandent à être cuits avant d’être consommés en confiture car ils sont ligneux et astringents. Ses aromes le rendent propre à la confection de pots-pourris et il a en outre des propriétés médicinales puisqu’au Japon il entre dans la composition de sirops contre les maux de gorge tandis qu’en Corée il sert à traiter l’asthme et la tuberculose. L’espèce est quelquefois utilisée en bonsaï afin d'en faire une œuvre d’art esthétique ressemblant à l'arbre dans la nature. De la même famille que le buisson ardent aux « pommes » dont même les chevaux ne veulent pas, ce cognassier de Chine n’est pas très courant mais il en existe plusieurs exemplaires à Reynés et ses environs. Il suffit parfois d’ouvrir l’œil…

16/11/2017

Le CCCV fleuron de la langue catalane

 

8 oct 2017 (9).JPG

Joan-Pau Escudero, trésorier adjoint de l’association après en avoir été le président, poste occupé actuellement par Miquel Arnaudies, poursuit inlassablement à Reynés son  travail de divulgation de la langue catalane. Ce linguiste passionné est toujours en recherche de mots inusités, méconnus, et révélés par le parler spontané des anciens.

Le CCCV, (Centre Culturel Catala del Vallespir) est une association qui défend la culture catalane dans tous ses aspects et la fête d’Arles fut le révélateur de sa richesse. Poésie, danse, chants, théâtre, musique, les nombreux acteurs en ont fait une vitrine active démontrant le dynamisme de la langue catalane de part et d’autre de la montagne.

Les stands présentés par les diverses associations adhérentes ont connu un beau succès. Les élus de nos villages et du département venus en nombre ont évoqué les événements actuels en  Catalogne Sud. Le parrainage de Pere Figueres a donné à cette 7° fête une aura supplémentaire qui a connu son apothéose avec la grande sardane de Germanor, symbole de paix et de fraternité.

Le numéro 14 de la revue « Vallespir », éditée par le CCCV, est en cours d’édition. Les lecteurs y découvriront auteurs anciens et contemporains, œuvres valorisant notre langue, des faits, des nouvelles culturelles, des témoignages sur l’histoire locale, musique, peinture, culture du monde…

Gentil Puig Moreno, son directeur, assure que « la culture sera encore et toujours notre arme face à l’ignorance, le renoncement et la stupidité ». 

10:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)