11/05/2017

Elections à Reynés

élections 7 mai 2017 (9).JPGélections 7 mai 2017 (2).JPG

La configuration du village de Reynés, très étendu géographiquement, explique la présence de deux bureaux de vote, l’un dans la salle du conseil de la mairie, l’autre dans la salle des Echoppes du Pont de Reynés.

Pour équilibrer le nombre d’inscrits sur les deux sites une refonte électorale a été effectuée, le bureau « d’en bas » drainant malgré tout davantage d’électeurs.

Dès huit heures du matin, tout était prêt pour accueillir les habitants désireux de s’exprimer à l’occasion de ce scrutin à l’enjeu crucial pour notre pays. Pas de problèmes d’assesseurs ici, les volontaires sont bien présents.

Et les premiers citoyens attendent leur tour en discutant. Profitant du temps qui s’annonce splendide, Elisabeth et Christian partent en randonnée, d’autres s’en vont à Barcelone. Marcel part pour Sant Pere de Rhodes avec sa « colla castellera ». Jean-Louis va cueillir des cerises. Pour eux, le devoir passe avant tout. En attendant les résultats du dépouillement ce soir dès 19 H. 

Les descendants de Thérèse Alcouffe de l’Amourer à la découverte de leurs racines.

DSC08628 - Copie.JPG

Leur aïeule Thérèse Alcouffe, née le 15 décembre 1887 à Reynés au mas de l’Amourer, épousa en 1903 Pierre Payrot né en 1875 à Fussimanya, un mas de Maçanet de Cabrenys. C’était déjà un jumelage familial. Parmi leurs descendants, ils étaient nombreux à vouloir se rendre sur les lieux pour fouler la terre où la famille avait vécu, au cœur de la forêt, sous le regard du Roc de Fraussa.

Cousins et cousines à différents degrés, de Francine, soixante dix sept ans à Nyssa, six ans, ils ont gravi le chemin, accompagnés par Jean-Paul Escudero, chercheur en toponymie catalane et guidés par Pere Roura i Saba, historien de Maçanet dont les recherches font l’objet de nombreuses publications.

A travers la montagne, parmi les chênes, les frênes, les campanules bleues, les mufliers charnus et l’absinthe parfumée, ils ont découvert une bâtisse majestueuse, aux murs imposants autour d’un escalier de pierre menant à la terrasse, rénovée en partie par la Generalitat de Catalunya. Tout près, la fontaine d’eau claire, le grand bassin, le chêne rouvre remarquable plusieurs fois centenaire… et les souvenirs évoqués par Pere, la mine de « sabonet » (talc), la levée du liège, la recherche des truffes, la dîme consistant pour les habitants de ce mas en deux fromages et quatre fourches de bois, les cultures, les pâturages qui au début du vingtième siècle donnaient au territoire un aspect bien différent.

C’est avec émotion que le décor de la vie de leurs ancêtres prenait consistance, une vie dure mais saine, faite de labeur et de solidarité.

Le temps a passé… Si leurs aïeux n’avaient pas été obligés de fuir l’Espagne pour que les deux jeunes soldats Pierre et Joseph échappent à la guerre de Cuba, les descendants seraient peut-être établis à Maçanet, comme ce fut le cas pour Maria qui épousa Emmanuel Noguer le 11 novembre 1895. Depuis la châtelaine Beatriu de Rocaberti, le jumelage entre Reynés et Maçanet est vraiment une vieille histoire… 

07/05/2017

Premières cerises de Reynés.

cerises de Reynés 2 mai 2017 Laurent Arnaudiés (3).JPG

Avec un petit décalage par rapport aux cerises de Céret, mais avec tout de même quinze jours d’avance sur l’an passé, les premiers fruits ont été apportés à la Coopérative La Melba vendredi dernier par Laurent Arnaudiès de can Gane avec huit kilos de burlats magnifiques, cueillis sur les collines du Ventous, gorgés de soleil et de bon air.

La récolte s’annonce excellente, « presque trop, car le calibre reste un peu juste. Quand on aura trié, les cerises pourront grossir. »

Le vent et la pluie  ne les ont pas trop abîmées, et la mouche Suzuki n’a pas encore sévi. « On a fait les traitements règlementaires, mais le risque est toujours là… »

Après le burlat viendront la bigalise, la garnet et d’autres variétés plus tardives jusqu’à la starking pour clôturer la campagne.

Délice du printemps, fleuron du Vallespir, c’est l’incomparable  cerise : « Au sortir de l’hiver, des beaux jours messagère,

 Elle offre des saveurs au goût d’éternité. »