02/08/2018

Les Ephémères

DSC09899.JPG

Sympathique concert aux accents d’aubade privée offert par les trois musiciens des Ephémères, Claude, Gérard et Claude qui ont régalé le public restreint mais adhérant. Les chansons françaises et catalanes reprises en chœur alternaient avec des musiques à danser dans le cadre champêtre du bord du Tech pour le plus grand plaisir de ceux qui avaient préféré la guitare au ballon rond… 

20:32 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

26/07/2018

Jean-Marie Verdaguer, un catalan de cœur s’en est allé

 

Né le 28 janvier 1953 à Saint-Laurent de Cerdans, Jean-Marie grandit avec sa sœur aînée Angèle au foyer de Joseph et Marie, leur  père étant employé à la mine de talc de Reynés et leur mère à l’usine de champignons de la Cabanassa. Une famille aimante et travailleuse qui leur a transmis les valeurs humaines dont on a tant besoin de nos jours.

Installé avec sa famille depuis trente ans au Vilar, c’est un Vallespirien enraciné dans son terroir qui vient de nous quitter. 

Après son apprentissage du métier d’électricien, il travaille à Céret puis à Arles sur Tech avant de finir sa carrière à la mairie de Reynés.

Il épouse en 1976 Gisèle Guardiole et leur fille Christelle leur donnera deux petits-enfants Chloé et Alexandre dont il était très proche.

Son amour de la nature était ancré dans ses gènes, chasse, pêche, champignons, coscolls… et n’avait d’égal que son amour du prochain. « L’amitié était sa vie, le jardin son paradis. » Les animaux domestiques vivaient heureux dans sa basse-cour et canards, lapins, chèvres, faisans… mouraient de vieillesse. Homme de la terre passionné de rugby, il jouait de l’accordéon, comme son père Jep de la Solana lui avait appris, avec ou sans solfège, digne héritier de ses ancêtres musiciens de la Garrotxa.

Artisan adroit, tout le hameau du Vilar pouvait compter sur lui en cas de panne d’électricité. « Avec Jean-Marie la lumière revenait toujours ».

Et surtout un homme pétri de sagesse, sincère, respectueux, valeurs et qualités qu’il a transmises à sa fille et à ses petits-enfants.

Ses chiennes fidèles Rita et Linda ne l’accompagneront plus sur les chemins de Tordères en quête de gibier. Il n’apportera plus son aide précieuse aux pêcheuses de Reynés…

 Il laissera surtout un grand vide au cœur de son entourage et Gisèle, Christelle et Angèle auront besoin de la chaleur  de la famille et des amis pour surmonter l’épreuve, gardant toujours à l’esprit, malgré la terrible absence, les paroles d’une chanson qu’il aimait fredonner : « El record de la Vall on vas viure, No l’esborra la pols del camí. » (« La poussière du chemin n’efface pas le souvenir de la vallée où tu as vécu. »)

23/07/2018

14 juillet à Reynés

14 juil 2018 (2).JPG

La cérémonie du 14 juillet a réuni élus, anciens combattants et reynésiens autour du monument aux morts, avec défilé, dépôt de gerbe et du traditionnel bouquet de Jean-Louis, discours du maire Jean-François Dunyach et audition des musiques militaires.

La commémoration a été suivie de la remise de dictionnaires (français et catalan) et d’une clé USB aux quelques élèves de CM2 présents, avec les encouragements du maire pour leur entrée au collège.

L’apéritif sur la place ombragée de la mairie a clôt la manifestation.