08/08/2017

Musique à Taillet

les musiciens sont ovationnés.JPG

Un concert d’une qualité exceptionnelle a été offert aux mélomanes en l’église Saint-Valentin de Taillet par la Fondation Krüger du mas de la Coume à Mosset avec la participation de l’association Girefeuille.

Même le Christ « au balcon » bénissant le Monde, la Vierge gothique, le Saint Patron et les autres statues du retable semblaient retenir leur souffle.

Le concert de mandolines et orchestre à plectre (petite pièce triangulaire d’ivoire ou d’écaille avec laquelle on fait vibrer les cordes de certains instruments) donnait un aperçu des vastes possibilités de la mandoline et de ses dérivés, mandoles, mandoloncelles accompagnés par guitares et flûtes à bec.

Les musiciens, stagiaires en Master Class venus du monde entier se perfectionner auprès du « grand maître » de la mandoline Florentino Calvo et des professeurs, Anne Genin, Marie-Aline Delaine et Thierry Genin, ont débuté par une Sonate légère de Gabriele Leone, compositeur du XVIII° siècle et grand virtuose, dont les notes perlées se répondaient avec humour sur fond de rythme scandé. Le programme éclectique se poursuivait avec les accents lyriques du Preludio Sinfonico d’Hugo Bottachiari, le Concerto en Do Majeur de Vivaldi écrit pour hautbois et adapté pour orchestre à plectre ainsi que d’autres œuvres révélant tour à tour la richesse des instruments, pour terminer en apothéose avec « Riflessi sull’Acqua » de Claudio Mandonico.

L’assistance sous le charme a salué les instrumentistes tandis que le directeur artistique Florentino Calvo avouait son « bonheur de jouer dans un lieu habité par l’intelligence, et de partager un bon moment dans l’histoire humaine et artistique de la Coume en compagnie de gens chaleureux et généreux ». 

Les stages de musique au mas de la Coume se poursuivent durant le mois d’août en partenariat avec le Conservatoire de Perpignan. Du 16 au 27 août un stage de piano encadré par des professeurs de Marseille sera clôturé le samedi 26 par un concert et une petite comédie musicale.

Pour de plus amples renseignements : 04 68 05 01 64 et www.lacoume.org.

04/08/2017

Notre-Dame des Neiges est de retour

 

DSC09001.JPG

La statue en bois polychrome de 57 cm, datant du XIII° siècle, classée en 2008, restaurée à plusieurs reprises et traitée pour éviter sa détérioration, a repris sa place dans l’église Saint-Vincent après un séjour au presbytère de Céret. Scellée sur un socle sécurisé, préservée de l’humidité grâce aux tests d’hygrométrie effectués durant six mois par une sonde électrique afin de déterminer les meilleures conditions de conservation, Notre-Dame des Neiges a retrouvé son lustre d’antan.

Une tradition prétend que la sculpture de la Vierge couronnée, coiffée d’un voile bleu et vêtue d’un manteau de même couleur sur une robe rouge, portant l’Enfant Jésus dans sa main gauche proviendrait de la chapelle castrale de Reynés, antérieure à l’actuelle église Saint-Vincent. Notre-Dame des Neiges était l’objet d’une grande dévotion puisqu’un retable fut même édifié au 19° siècle en remerciement des paroissiens qui lui attribuèrent l’éradication de l’épidémie de choléra en 1854.

La mémoire transmise de génération en génération évoque la neige recouvrant un jour de 5 août le territoire de Reynés jusqu’au mas Casals. D’après Alain Mas, une statue de la Vierge bleue figurait d’ailleurs en bonne place dans une niche de cette maison jusque dans les années 70 en témoignage de ce phénomène météorologique également mentionné  à Rome, où le mont Esquilin, au V° siècle, aurait été recouvert miraculeusement d’une fine pellicule de givre ou de neige.

Le miracle se reproduira-t-il samedi à Reynés ? Les températures actuelles permettent d’en douter…

Mais quel que soit le temps, la Festa Major de Notre- Dame des Neiges sera célébrée par le Père Etienne en l’église Saint-Vincent samedi 5 août à 11 H.   

03/08/2017

L'association Reynés-Patrimoine-Culturel en sortie à Serrallonga :

Serralongue.jpg

Les adhérents et amis de l'association ont eu le plaisir de visiter la scierie de Galdares guidés par Jean-Pierre et François Marquès qui en ont montré les installations et leur fonctionnement. Construite par leur père et grand-père, cette scierie, aujourd'hui unique, repose sur les restes d'une ancienne forge catalane très caractéristique dans le haut Vallespir avant le XIX siècle. Pour l'occasion cette scie a fonctionné toute la matinée et a transformé en planches de gros troncs d'arbres. Après un pique-nique convivial au village de Serrallonga, à l'ombre des platanes, l'infatigable René Magna, créateur du musée local, a guidé un groupe d'adhérents pour la visite de l'église, du Conjurador et du musée, expliquant tour à tour l'économie, l'histoire politique et religieuse de la commune depuis le moyen âge. Une très belle journée.