15/08/2018

De Saint-Vincent à Sant-Vicenç avec le PAH

St Vincent et Castell 20 juillet 2018 (2).JPG

Lucienne et Pierre de Reynés, Danièle de Saint-Paul et Françoise d’Epinay sur Seine, curiste à Amélie les Bains, ont suivi la visite de l’église Saint-Vincent et du Castell sur les pas de Nelly Villeneuve, guide au Pays d’Art et d’Histoire Transfrontalier des Vallées Catalanes du Tech et du Ter.

De nombreux vestiges attestent l’occupation ancestrale du village de Reynés, poteries, amphores, pièces de monnaie, moulins…. L’église Saint-Vincent actuelle succédant à la  chapelle castrale du même nom a été édifiée au XVIII° siècle, bâtiment simple avec une nef rectangulaire, une voûte en plein cintre et le magnifique retable baroque aux colonnes torsadées sculptées par Louis Belair. Parmi bien d’autres attraits, le bas-relief en bois du XVI° siècle, pièce exceptionnelle très rare, retrouvé en mauvais état derrière l’autel de la chapelle Saint-Paul, a été sommairement restauré et remis à l’église Saint-Vincent pour plus de sécurité.

Petites sandales aux pieds mais chapeau sur la tête, les visiteurs ont grimpé au sommet de la colline portant les vestiges du Castell du X° siècle, la curiosité et l’intérêt pour l’histoire des Seigneurs de Cabrenç ayant impulsé la motivation nécessaire malgré l’heure tardive.

Françoise, une habituée des chantiers de restauration dans la région parisienne (basilique Saint-Denis), faisait des suggestions pour une éventuelle poursuite de la réhabilitation du site.

La date du 18 novembre est à retenir. Ce jour-là seront présentés les résultats des fouilles et des travaux réalisés sur le site du château depuis janvier 2018 grâce au projet INTEREG-POCTEFA-PATRIMC@T financé par la FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) et porté par la mairie, journée festive avec la participation de Maçanet de Cabrenys, village jumelé avec Reynés.    

11/08/2018

Vernissage à la chapelle Saint-Paul

expo 3 artistes 4 août 2018  (2).JPGexpo 3 artistes 4 août 2018  (3).JPGexpo 3 artistes 4 août 2018  (4).JPG

Un triptyque d’œuvres variées anime la chapelle Saint-Paul sous les oliviers multi centenaires.

Claude Martin, un fidèle de ce lieu chargé d’âme, diversifie ses inspirations. Tableaux colorés d’un univers onirique et créatif laissant libre cours à l’imagination, vitraux réalisés à partir de dessins d’un ami, grande « structure » tirée pour l’occasion de son espace intime, personnage inspiré de Picasso, femme stylisée et clin d’œil à Johnny, la palette s’est étoffée.

Bernard Ouger, nouveau venu, habille le centre de la chapelle de ses statues taillées dans des bois exotiques, tropicaux ou européens, à texture dure non filandreuse, lisse comme du marbre. La femme, sa plus grande source d’inspiration, surgit des volutes du bois et s’en trouve magnifiée.  « Peintre hyper réaliste et figuratif dalinien », il expose également des toiles où la recherche du mouvement est permanente. « Je m’impose, je veux que l’on rentre dans la toile, que la peinture soit vivante. » Papillons, mouettes, abeilles, chaque tableau recèle la vie, comme une énigme à découvrir.

Enfin, de style différent, Michel Courtois le photographe est à la croisée des chemins. On pénètre à sa suite au cœur du sujet choisi par l’artiste, la fleur. Les déclinaisons d’effets subtils à partir d’une photo sont de toute beauté. La folle avoine, la fleur de sauge ou l’oiseau de paradis se muent en une forme picturale où relief, flou artistique et clair obscur dépaysent le regard. L’exposition est ouverte jusqu’au 17 août de 15 H à 19 H.  

07/08/2018

Cinéma en plein air

ciné plein air 27 juil 2018 (2).JPG

Tandis que la lune à son apogée s’éclipse discrètement dans l’ombre de la terre, cédant pour une fois la vedette à la planète Mars, une autre rencontre se déroule sur la place de la mairie à Reynés. Celle de deux mondes dans le film projeté par Michel Laporta « la Ch’tite Famille »  de Dany Boon, où la confrontation entre le héros, star du designer et son clan aux origines prolétaires et ch’tis s’avère fracassante.

Un œil sur l’écran et l’autre sur le ciel, les nombreux spectateurs ont pu savourer l’humour du scénario dans la fraîcheur relative d’une soirée d‘été pour cette première séance de cinéma en plein air offerte par la mairie.