09/10/2018

La flûte qui chante…

Marie-Pierre Michel et Roselyne Chenu.jpg

En ce dimanche après-midi, nombreux étaient les mélomanes au rendez-vous dans le cadre merveilleux de la chapelle Saint-Paul pour le concert organisé par le Festival Lyrique.

Marie-Pierre Michel à la flûte et Roseline Chenu au piano, deux artistes très connues dans la région ont une fois de plus charmé les spectateurs par leur complicité et les explications très personnelles et pleines d’humour de Marie-Pierre.

Le public, « sans qui », affirme-t-elle, « les artistes ne sont rien », a exprimé son ravissement :

« La sonorité de la flûte dans ce programme lyrique nous a transportés à travers des sentiments très forts des personnages, Violetta, Musetta, Mimi… »

« Un concert exceptionnel tout en légèreté et délicatesse, festif et sympa. La flûte en guise de voix soulignait admirablement les œuvres de Puccini, Verdi, Debussy, la Bohême, La Traviata, … ». « Le Clair de Lune »,  un régal pour les oreilles, les accords des deux instruments se mêlant dans un ensemble divin. »

« Les notes enlevées avec une précision incomparable de la Mazurka de Doppler étaient un morceau de haute voltige

Ces deux artistes  donnent rendez vous pour un nouveau concert au programme différent, le 7 octobre a l’ermitage Saint-Ferréol à Céret.

18:04 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

06/10/2018

Chants polyphoniques avec Valérie Malet

chants polyphoniques 28 sept 2018 (5).JPG

La séance débute par un moment de détente, de lâcher-prise pour évacuer les tensions. Respiration abdominale, décontraction des épaules, assouplissement des mains, bras et jambes, petits étirements.

Les voix s’élèvent alors en vocalises et gammes du grave à l’aigu et de l’aigu au grave, « oua, oua, oua… » voyelles tenues jusqu’à l’extrême, chacun arrêtant à son rythme. C’est l’échauffement, la mise en route pour délier les cordes vocales et mettre tout le corps en condition.

Valérie a noté sur le tableau Velleda les paroles d’un chant en langue occitane, « Be n’ei ua gran tristessa allher » (« J’ai une grande tristesse »). Elle entonne d’une voix pure la mélodie que le groupe répète ensuite, mesure après mesure. La phonétique inhabituelle appelle des explications. Le chant est apprivoisé, les phrases répétées et liées jusqu’à obtenir une facilité de prononciation qui encourage les choristes. Valérie les accompagne en introduisant une seconde voix, plus basse, ce qui perturbe un tantinet les chanteurs.

Un moustique inopportun se glisse dans la salle, diversion qui détend l’atmosphère studieuse et concentrée.

Les phrases musicales s’enchainent et s’accélèrent « Hé, hé, hé, hé, hé, ho… » « Lancez votre voix, projetez votre souffle ! » Pour une première séance, les dix chanteurs maîtrisent de mieux en mieux les nuances de ce beau chant nostalgique, qu’ils fredonneront certainement en rentrant chez eux, détendus et comblés.

Pour les prochaines séances qui auront lieu tous les vendredis  à 18 H 30 au village, excepté durant les vacances scolaires, sont prévues des mélodies du Béarn, du Pays Basque, de Catalogne, de Provence, mais aussi d’Afrique et des pays de l’Est, de quoi s’offrir un véritable tour du monde en chansons.

Pour plus de renseignements, appeler Valérie au 06 13 64 34 13.

28/09/2018

Ouverture à Saint-Paul du Festival de l’Automne Musical en Vallespir

DSC00158.JPG

Décontractées, déjantées, impertinentes, les « Catas Divas » de Toulouse ont surpris et enthousiasmé le public du concert donné par l’Automne Musical en Vallespir à la chapelle Saint-Paul.

Mêlant gestuelle et vocalise, situations cocasses et grande musique, leur caractère outré par la mise en scène de Julie Safon, les Catas Divas ont interprété avec brio de grands airs du répertoire de l’opéra, de l’opérette et des comédies musicales.

Céline Laborie, Soprano, robe courte et miroir en main, Cécile Piovan, Mezzo soprano,  descendue transpirante de son vélo, s’affrontent lors d’une répétition chaotique avant d’assurer finalement un spectacle de grande tenue où la rancœur continue de se mêler avec légèreté à leurs performances vocables remarquables.

La pianiste Jeanne Vallée essaie de mettre de l’ordre dans leurs sautes d’humeur et exprime son agacement dans un pot-pourri musical de haute virtuosité… Quel bonheur !

Offenbach était à l’honneur avec « Ah que j’aime les militaires », ou « la Barcarolle », Mozart avec « les Noces de Figaro », Johan Strauss avec « la Chauve-souris », Bizet avec « Carmen » et bien d’autres, pour terminer en grâce et en beauté avec « Le Duo des Chats » de Gioacchino Rossini.

Applaudies chaleureusement pour ce délicieux moment, les « Catas Divas » ouvraient la série de douze concerts proposés par « Musiques et Voix en Pays Catalans » et son directeur artistique Christian Papis. Pour tous renseignements et inscriptions, 06 99 88 90 43 ou fcpc.ceret@gmail.com ou consulter le site www.amuvall.org.    

11:26 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)