14/06/2017

Grand Concours de Pêche Féminin à Reynés

2 juin 2017 Dominique Hamel et Véronique Lopez (11).JPG      2 juin 2017 Dominique Hamel et Véronique Lopez (14).JPG

Pour la première fois dans le département, la Fédération de Pêche organise un GRAND CONCOURS de PÊCHE FÉMININ. L’annonce avait été faite l’an dernier lors du concours pour enfants à la plage des aviateurs. L’AAPPMA (Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique)  a eu un an pour peaufiner le projet qui verra son aboutissement le dimanche 11 juin 2017 sur le parcours « Pêche et Loisir » du Pont de Reynés.

Ce parcours de pêche entre la source du Tech et le Pont de Céret est classé en première catégorie avec la présence de poissons « nobles » tels la truite, la perche ou le brochet.

Tout est prêt, les berges ont été nettoyées, ces dames pourront évoluer en parcours libre sur le chemin de rive ou sur les rochers affleurant dans l’eau bouillonnante du Tech.

Un lâcher de truites arc-en-ciel aura été effectué la veille et un arrêté préfectoral interdira la pêche hors concours le samedi et le jour-même.

Gare aux contrevenants ! L’association bénéficie des services d’un garde assermenté particulier qui veillera au grain.

Tous les bénévoles seront mobilisés pour aider les novices, mettre à disposition le matériel de l’association, donner conseils et coups de main en cas de difficulté.

La motivation première est de promouvoir le loisir pêche et d’initier le plus grand nombre à la pratique de ce sport respectueux de l’environnement.

La technique de pêche est dite à la plombée ou au « toc » avec des appâts vivants, vers ou teignes, qu’on laisse dériver naturellement. La touche est ressentie par des vibrations dans la main et, si le poisson est particulièrement goulu, par un « toc » parfois violent, d’où son nom.

Le matin un fléchage avec des cartes plastifiées sera mis en place pour permettre de se rendre facilement sur les lieux.

Ce concours est GRATUIT, chaque participante devra simplement signer le règlement.

Le nombre de prises étant limité à huit, les prix seront octroyés au poids du plus gros poisson pêché et de nombreux lots seront attribués.

Après la remise des récompenses une paëlla sera servie sur place à l’aire de loisir pour un prix de 15 €.

Les inscriptions sont encore possibles en téléphonant au 06 24 21 23 52.

Mesdames, à vos lignes, affûtez vos appâts…

 

Véronique est une « pro » : « Le jour où j’ai rencontré mon futur mari, il m’a emmené à la pêche. Depuis, j’ai adopté ce sport qu’on pratique dans les lacs en été et qui nous donne beaucoup de plaisir. »

Dominique, elle, est novice : « J’aime beaucoup la nature et pêcher en rivière doit être très agréable. Mon père pêchait le gardon dans un lac de la région parisienne. Mes sœurs et moi, nous lisions pendant ce temps. Un jour il est tombé du ponton, il était couvert de vase. Ce qui ne l’a pas découragé…  »

31/05/2017

Un évènement exceptionnel se prépare à Reynés !

 

Alors que les lacs de montagne ont célébré l’ouverture officielle pour les fervents de la pêche, les pêcheurs du Vallespir se sont donné rendez-vous à Reynés pour un nettoyage des berges du Tech en vue du GRAND CONCOURS de pêche FEMININ du 11 juin 2017.

Le Tech devenu torrent impétueux de fin d’hiver et ses eaux scintillant sous la lumière du soleil étaient perturbés ce matin-là par les hurlements de tronçonneuses en action. Membres de l’APPMA (Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique) et amis étaient à pied d’œuvre pour dégager les berges de la rive droite.

Une quinzaine de volontaires ont coupé les branches gênantes, scié et tronçonné les plus grosses, élagué le passage, supprimé les embûches, afin de rendre praticable le parcours classé « Pêche et Loisir » du Pont de Reynés.

La première édition de ce défrichage demandait des efforts conséquents et la force de l’eau entraînant la végétation, les bottes ne suffisant pas, Michel et Damien ont dû enlever pantalon et chaussures pour récupérer les branchages et éviter les embâcles à l’aval. « Quand on y est elle n’est pas froide. » assure Michel Lopez, le président de l’association, qui a aussi joué les trapézistes en haut de l’échelle. Tout le bureau était présent, André Salgues le secrétaire, Roger Guitard le trésorier, Roger Roque vice président et administrateur à la Fédération de Pêche du département, représentant du Vallespir, et puis René, Gégé, Daniel le photographe, ancien vice président, et bien d’autres, grâce à qui le travail abattu était impressionnant.

Les dames, dont une trentaine sont déjà inscrites, pourront saluer ces hommes à leur service et qui seront là certainement le 11 juin dès huit heures du matin pour les encourager et, si elles le souhaitent, leur donner quelques conseils pour la pêche technique « au toc ».

Un lâcher de 50 kg de truites dont un cinquième de gros poissons aura été effectué au préalable dans la rivière.

Les travailleurs ayant accompli leur mission se sont rendus au « Casot de la Farga » pour un repas entre amis, laissant les services techniques de la mairie de Reynés récupérer les branchages et les emporter à la déchèterie.

Neil : « Je pêche depuis cinquante trois ans et j’adore nettoyer les abords avec les copains. »

Roger le trésorier : « L’association est bien gérée et permet la gratuité du concours, ce qui n’est pas le cas ailleurs. »

Damien, dix huit ans fait partie de l’association : « Je pêche depuis dix ans. Mon père n’a pas pu venir, il cueille des cerises. J’ai des amies qui viendront au concours. »

Roger, l’administrateur : « Le concours est doté de nombreux cadeaux pour les gagnantes et un lot sera offert à chaque participante. » DSCF2719.JPGDSCF2741.JPG

07/05/2017

Les Mérens en route pour l’estive de passage à Reynés

DSC08603.JPG

DSC08605.JPG

Comme chaque année au printemps, Nathalie Komaroff et ses cavaliers mènent les magnifiques Mérens à travers la chaîne pyrénéenne, en grande partie dans le Parc Naturel des Pyrénées Catalanes, jusqu’à leur résidence d’été à Porté-Puymorens.

Treize chevaux montés et trente cinq poulains sont du voyage, au départ d’Argelés via Amélie les bains, Formentera, Baillestavy, Vernet, Evol, Dores et enfin Porté.

Un périple parsemé d’émotions fortes, d’aventure et de splendides paysages.

Des habitués de longue date mais aussi des nouveaux venus, tous ont en commun la passion des chevaux. Robin, le parisien, vient depuis cinq ans. Laetitia, parisienne elle aussi, alterne monte et intendance. « La Denrée » arrive des Alpes et parle avec enthousiasme « de l’ambiance, la relation avec les chevaux, qui s’affine de jour en jour, l’entraide indispensable, les rapports humains qui se prolongent bien au-delà de l’expérience. »

Philippe, intermittent du spectacle, randonne habituellement avec Véronique qui possède Chiquita, une jument du troupeau. Les belges Pascale et Charles ont « vu un reportage à la télé et ont réalisé leur rêve de cow-boy ». Déjà cavaliers, la monte de travail leur révèle « des objectifs différents » et ils ressentent très fort « l’énergie de la chevauchée en troupeau ».

Evelyne, après dix ans de monte, est dans les coulisses de la transhumance. « Je m’occupe des clôtures, de l’intendance, je prends des photos. Les paysages changent, des fleurs de cerisiers aux genêts d’or, des lacs magiques aux sommets enneigés. »

Bernard vient pour le plaisir mais aussi pour se rendre utile « On a tant d’émotions avec le troupeau ! William du Kentucky nous a fait traverser aujourd’hui cinq fois le Tech qu’il connaît bien. Il sait où passer sans problème.»

Florence relate un accident de parcours : « De Planes à Vall Ter, la tempête faisait rage, il avait neigé et à 2700 mètres il y avait un vent de fou. Mimi et sa voisine hollandaise ont été éjectées du cheval par une violente bourrasque. »

Mimi la marseillaise, qui vient depuis dix ans, petit gabarit sur Praline à la détente rapide, est rabatteuse. Derrière le troupeau, elle poursuit les fugitifs. Elle apprécie la convivialité de l’équipe et organise des jeux à la veillée.

Audrey, la fille de Nathalie, monte depuis…sa naissance. Pour elle, « les amis, les chevaux, les paysages, c’est ça la transhumance. »

Nathalie transhume depuis trente ans, en Ariège puis dans les Pyrénées Orientales. Mais elle a plus d’un…crin à son arc. A Porté elle organise des promenades et des randonnées à cheval, et tient un gîte d’étapes, un gîte à la ferme « La Ferme d’en Garcie » et des chambres d’hôtes.

Elle prépare les repas avec des produits locaux pour faire travailler les agriculteurs du territoire. Pendant que les Princes Noirs goûteront l’herbe des alpages avant de redescendre dans la plaine l’automne prochain.