07/05/2017

Les Mérens en route pour l’estive de passage à Reynés

DSC08603.JPG

DSC08605.JPG

Comme chaque année au printemps, Nathalie Komaroff et ses cavaliers mènent les magnifiques Mérens à travers la chaîne pyrénéenne, en grande partie dans le Parc Naturel des Pyrénées Catalanes, jusqu’à leur résidence d’été à Porté-Puymorens.

Treize chevaux montés et trente cinq poulains sont du voyage, au départ d’Argelés via Amélie les bains, Formentera, Baillestavy, Vernet, Evol, Dores et enfin Porté.

Un périple parsemé d’émotions fortes, d’aventure et de splendides paysages.

Des habitués de longue date mais aussi des nouveaux venus, tous ont en commun la passion des chevaux. Robin, le parisien, vient depuis cinq ans. Laetitia, parisienne elle aussi, alterne monte et intendance. « La Denrée » arrive des Alpes et parle avec enthousiasme « de l’ambiance, la relation avec les chevaux, qui s’affine de jour en jour, l’entraide indispensable, les rapports humains qui se prolongent bien au-delà de l’expérience. »

Philippe, intermittent du spectacle, randonne habituellement avec Véronique qui possède Chiquita, une jument du troupeau. Les belges Pascale et Charles ont « vu un reportage à la télé et ont réalisé leur rêve de cow-boy ». Déjà cavaliers, la monte de travail leur révèle « des objectifs différents » et ils ressentent très fort « l’énergie de la chevauchée en troupeau ».

Evelyne, après dix ans de monte, est dans les coulisses de la transhumance. « Je m’occupe des clôtures, de l’intendance, je prends des photos. Les paysages changent, des fleurs de cerisiers aux genêts d’or, des lacs magiques aux sommets enneigés. »

Bernard vient pour le plaisir mais aussi pour se rendre utile « On a tant d’émotions avec le troupeau ! William du Kentucky nous a fait traverser aujourd’hui cinq fois le Tech qu’il connaît bien. Il sait où passer sans problème.»

Florence relate un accident de parcours : « De Planes à Vall Ter, la tempête faisait rage, il avait neigé et à 2700 mètres il y avait un vent de fou. Mimi et sa voisine hollandaise ont été éjectées du cheval par une violente bourrasque. »

Mimi la marseillaise, qui vient depuis dix ans, petit gabarit sur Praline à la détente rapide, est rabatteuse. Derrière le troupeau, elle poursuit les fugitifs. Elle apprécie la convivialité de l’équipe et organise des jeux à la veillée.

Audrey, la fille de Nathalie, monte depuis…sa naissance. Pour elle, « les amis, les chevaux, les paysages, c’est ça la transhumance. »

Nathalie transhume depuis trente ans, en Ariège puis dans les Pyrénées Orientales. Mais elle a plus d’un…crin à son arc. A Porté elle organise des promenades et des randonnées à cheval, et tient un gîte d’étapes, un gîte à la ferme « La Ferme d’en Garcie » et des chambres d’hôtes.

Elle prépare les repas avec des produits locaux pour faire travailler les agriculteurs du territoire. Pendant que les Princes Noirs goûteront l’herbe des alpages avant de redescendre dans la plaine l’automne prochain.

16/04/2017

Halte bunyetes pour la Randonnée Cérétane

rando bunyettes 4 avril (5).JPG

Cette association de 280 adhérents offre toute l’année, même en été, plusieurs randonnées par semaine, de niveaux différents ainsi que des séjours plus lointains, comme la rando-raquettes à Matemale, les gorges de l’Allier ou le sud marocain.

Chaque année elle organise diverses manifestations: la galette des Rois en janvier, la fête de la randonnée au mois de juin, et aux alentours de Pâques, deux rencontres festives avec randonnée et dégustation de bunyetes.

Chaque année l’opération change de lieu, Taurinya, Prats de Mollo, Maureillas…

Cette fois-ci, le village de Reynés a été retenu pour les deux journées, en raison du vaste territoire offrant d’innombrables possibilités de parcours pédestres de tous niveaux.

Dimanche 2 avril, deux circuits étaient au programme : le groupe « rando-promenade » a suivi le chemin des mas, par le mas Santol, col de Baucells, le Ventous, mas Villacèque soit 13 km et 500 m de dénivelé tandis que le groupe « rando » poussait jusqu’à la Montanyole et Can Guillé parcourant ainsi 15 km.

Mardi la « promenade » emmena 31 randonneurs sur le Serrat Cantaïre pour admirer un point de vue splendide,  laissant le groupe des 40 « marcheurs » aller vers can Guillé et can Madern pour une sortie plus longue.

Ce fut un vrai plaisir de cheminer avec un temps printanier. « Il y avait des fleurs partout, on marchait sur les pâquerettes »… « J’ai découvert la source d’eau chaude »… « On a traversé beaucoup de rivières »… « On a vu un vieux mas dans un coin sympa… »

Le temps exceptionnel a permis les rassemblements sur l’esplanade de la mairie, la salle multiculturelle prêtée gracieusement par la mairie étant réservée au cas où la pluie viendrait perturber la manifestation.

L’odeur alléchante des bunyetes a-t-elle accéléré l’allure des randonneurs ? Toujours est-il que dès 15 H 30 les amateurs de marche et de pâtisseries catalanes étaient au rendez-vous dans une ambiance dynamique et chaleureuse. Après l’effort le réconfort…Moment d’émotion, un hommage vibrant a été rendu par le président Albert Monge à Baptistin Pagès, Président d’Honneur de la Randonnée Cérétane,  dont il fut un pilier essentiel durant de longues années et qui vient de partir pour son dernier voyage. 

01/04/2017

Ronde de Reynés n°26

12 mars 2017 (10).JPG

Temps idéal pour la Ronde de Reynés en Vallespir où près de 500 participants se sont alignés sur les trois épreuves, dont 350

coureurs pour les deux circuits et 150 randonneurs, certains venus de loin : Montady, Cahors et même Reims, spécialement pour prendre part à cette manifestation.

Le ciel voilé a permis aux sportifs de donner le meilleur d’eux-mêmes et cette 26° édition placée sous le signe de la convivialité a été une réussite totale grâce aux nombreux bénévoles et partenaires salués par le président Bernard Marco entouré de Jean-François Dunyach, Maire de Reynés, Alexandre Reynal Conseiller Départemental, Alain Farriol ancien Maire et Alain Torrent, Maire de Céret et Président de la Communauté de Communes.

Tous les participants sans exception ont loué la qualité exceptionnelle des ravitaillements et des points d’eau, indispensables pour se réhydrater, ainsi que la fréquence des signaleurs aux points stratégiques, accompagnés d’un public enthousiaste et d’une musique entraînante. Rien n’est laissé au hasard, et c’est ce qui explique la réputation de la Ronde de Reynés.

La remise des trophées, dont l’annonce était faite par Jean-Pierre Delor, animant gratuitement le podium de l’indépendant, est toujours un moment fort où les coureurs, jeunes et anciens, femmes et hommes, se voient honorés pour leur performance et très applaudis par l’assemblée.

Sur les 5 km 500, Boris Itsweire termine en tête avec un temps de 18’22’’ et Sacha Boussier est première femme en 21’57’’.

Aux 14 km 200 le vainqueur est Jonathan Genthon en 51’20’’ et Laurence Santanac de Sigean est première femme avec 1 h01’.

De nombreux locaux étaient présents et certains d’entre eux sont montés sur le podium. Pour la Cinglantana : Florence Arnaudiès 1° senior, et pour le grand parcours : Romain Caritg 2° cadet, Karine Blanch 2° senior, Sylvie Gineste 2° master2 et Marie Armentier 3° master3.

Les coureurs ont pu ensuite échanger impressions et projets en dégustant la saucisse grillée par la dynamique équipe de l’organisation.    

22:03 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)